Performance

Réunion

L’ampère contre-attaque !

1 juin 2018 | PAR Ignace de Witte | N°330
Le groupe Bernard Hayot a installé, à ses frais, des bornes de recharge dans toutes ses concessions pour ses différents modèles électriques (VW, Audi, Mercedes, Mitsubishi, Renault, Smart, etc.). Ignace de Witte
Plusieurs constructeurs ont annoncé qu’ils allaient arrêter la production de voitures diesel, qui sont déjà interdites dans plusieurs villes dans le monde, et certains annoncent même l’arrêt de la commercialisation de véhicules thermiques. Mais La Réunion est-elle préparée au passage à l’électrique ?

À en croire les constructeurs, leurs voitures consomment de moins en moins. C’est sans doute vrai pour les nouveaux modèles, comparés aux anciens, mais le fait est que, globalement, le parc réunionnais brûle plus de carburant qu’il y a dix ans. Les chiffres sont formels : en 2015, les 338 920 voitures en circulation à La Réunion ont consommé 432 400 tep (*), soit 1,28 tep par voiture et par an, contre 1,19 tep en 2005, soit une augmentation de + 7,5 % sur dix ans (source : SPL Énergie Réunion). Cela tient à plusieurs facteurs : embouteillages, manque de transports en commun, besoins de déplacements en augmentation, sans oublier l’abandon progressif du diesel au profit de l’essence suite à l’information de l’OMS soulignant le caractère cancérigène du diesel, et le scandale des logiciels truqués (Dieselgate). Car, il faut le rappeler: les moteurs essence ont progressé, mais ils consomment plus de litres au km qu’un diesel de même puissance.
Face à cette situation, les voitures électriques ne cessent d’évoluer techniquement et de baisser en tarif. Selon le cabinet Deloitte, la progression des ventes de véhicules électriques dépend de plusieurs facteurs et notamment du prix des batteries, qui va poursuivre sa baisse et passer de 200 euros/kWh actuellement à 100 euros/kWh en 2025. La batterie représente un tiers du prix de la voiture électrique.

L’enjeu des énergies renouvelables 

L’électrification du parc automobile est inéluctable, d’autant plus que plusieurs constructeurs ont déjà annoncé qu’ils allaient cesser la production des modèles thermiques. Ainsi, à partir de 2025, tous les nouveaux modèles DS seront proposés uniquement en version hybride ou 100 % électrique. 
Le marché des voitures électriques étant en pleine expansion en Chine, VW a décidé de se lancer dans la création d’une nouvelle marque dédiée à ce type de motorisation, SOL, en partenariat avec un constructeur chinois, JAC. Le groupe VW a débloqué 15 milliards d’euros pour ce projet et dix modèles électriques verront le jour d’ici cinq ans. 
Tout l’enjeu de La Réunion est d’évoluer vers un parc automobile électrique sans importer davantage d’énergie fossile. Car si l’on produit l’électricité avec du charbon ou du fioul, on va peut-être déplacer la pollution des centres-villes vers les sites de production EDF ou Albioma, mais, globalement, on va toujours polluer autant et dépendre de l’extérieur pour notre énergie. Et entre la production d’électricité propre (photovoltaïque, éoliennes, barrages hydroélectriques) et la voiture, encore faut-il qu’il existe un réseau de bornes de recharge, comme il existe un réseau de stations-service pour les voitures thermiques ! Or, à part quelques entreprises privées (groupe Bernard Hayot, Total, Engen, Sogecore, etc.) qui ont installé, à leurs frais, des bornes, ce réseau est inexistant. 
Seules trois communes sur 24 - Saint-Leu, Saint-Paul et Sainte-Rose -ont installé deux bornes chacune, accessibles au public… Les autres collectivités locales figurent aux abonnés absents ! La Réunion est dramatiquement en retard à ce niveau ; cela fait des années qu’on parle d’un réseau régional de recharge, mais il n’est toujours pas lancé. Tant que ce frein ne serra pas desserré, les ventes de voitures électriques resteront à un niveau très bas à La Réunion et ne concerneront qu’une clientèle aisée, capable d’installer une borne de recharge à son domicile.

(*) La tonne d’équivalent pétrole (symbole tep) est une unité d’énergie d’un point de vue économique et industriel. Elle vaut, par définition, 41,868 GJ (10 Gcal), ce qui correspond au pouvoir calorifique d’une tonne de pétrole. Source : www.euro-petrole.com.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

L’ampère contre-attaque !

À en croire les constructeurs, leurs voitures consomment de moins en moins. C’est sans doute vrai pour les nouveaux modèles, comparés aux anciens, mais le fait est que, globalement, le parc réunionnais brûle plus de carburant qu’il y a dix ans. Les chiffres sont formels : en 2015, les 338 920 voitures en circulation à La Réunion ont consommé 432 400 tep (*), soit 1,28 tep par voiture...