Leader

Afrique/océan Indien

L’approche interculturelle : un enjeu stratégique pour l’entreprise

16 aoû 2017 | PAR Benjamin Pelletier
Il ne s’agit pas simplement de satisfaire sa curiosité pour les autres cultures. L’enjeu est bien plus important : il est question de gérer les risques interculturels.
Dans un monde à la complexité grandissante, cette approche devient essentielle pour les entreprises qui travaillent sur plusieurs marchés  et/ou doivent gérer des ressources humaines issues de différentes cultures.  
Malgré la mondialisation, les cultures résistent. C’est une bonne nouvelle. Mais, comme toute entrée en résistance, c’est là le symptôme d’une pression extérieure qui peut entraîner des réactions épidermiques. Partout, on constate un regain de fierté culturelle de contextes auparavant soumis à l’hégémonie occidentale. Les revendications communautaires se multiplient, les régionalismes s’exacerbent, parfois jusqu’à la violence. L’unité de pays comme la Grande-Bretagne, l’Espagne ou l’Italie est menacée. Dans les pays du Sud, les acteurs économiques ont désormais le choix de déterminer leurs partenaires d’affaires et recherchent de plus en plus une relation d’égal à égal où le partenaire étranger doit montrer sa connaissance fine de l’environnement local sans jugement de valeur ni a priori d’excellence, mais avec respect, écoute et flexibilité.
L’approche interculturelle devient alors essentielle pour réussir dans un monde à la complexité grandissante. Il n’est pas possible de se concentrer uniquement sur les compétences techniques et la qualité du produit quand on a affaire quotidiennement à des équipes, des clients et des fournisseurs aussi bien d’Europe, que d’Afrique ou d’Asie.
 
ACTIVER LES BONS LEVIERS ET ÉVITER LES MALADRESSES
 
Négocier un contrat en Allemagne, créer un réseau d’affaires en Côte d’Ivoire,  ajuster un produit aux particularités des pays du Golfe, former un expatrié à une prise de poste au Maghreb, transmettre du savoir-faire aux techniciens d’une usine basée au Brésil, tisser des liens de confiance avec un sous-traitant en Inde de façon à ce qu’il fasse remonter les problèmes, voilà qui exige d’identifier les normes locales en matière de communication, mode de raisonnement, rapport à la hiérarchie, gestion du temps, prise de décision, comportement, valeurs.
Ainsi, la personne efficace à l’international aura le bon réflexe de collecter de l’information culturelle utile à son action économique avant de déployer celle-ci. Elle débriefera ceux qui, dans son équipe, ont une expérience du pays cible, elle fera des entretiens avec des locaux pour savoir comment ajuster son message et son action, elle établira une base de données de conseils et d’études de cas pour que cette mémoire des interactions culturelles profite à tous. Elle fera preuve d’humilité et valorisera l’expertise culturelle de ses contacts étrangers. Elle saura activer les bons leviers pour entretenir les liens même à distance. Elle formera ses collègues à cette approche où facteur humain et facteur culturel sont entremêlés afin qu’il sachent eux aussi activer les bons leviers et éviter les maladresses.
 
DES RISQUES BIEN RÉELS
 
On le voit, il ne s’agit pas simplement de satisfaire sa curiosité pour les autres cultures. L’enjeu est bien plus important : il est question de gérer les risques interculturels. Un échec d’expatriation par inadaptation au contexte local, une erreur de marketing ou de campagne publicitaire par méconnaissance des spécificités du marché cible, une gestion des problèmes et des conflits qui méconnaît les valeurs des partenaires, un échec de négociation à cause d’une incompréhension, un rapprochement d’entreprises basé uniquement sur les complémentarités industrielles et négligeant le management interculturel, peuvent avoir un coût colossal, susceptible de mettre parfois en péril toute l’activité, voire la survie, de l’entreprise. C’est là qu’intervient l’intelligence culturelle, ce savoir-faire conscient de la dimension stratégique de l’approche interculturelle comme gestion des risques, levier de performance et facteur de développement.
 
  • Qui est Benjamin Pelletier?

    Benjamin Pelletier - Formateur en Management Culturel

    Formateur en management culturel depuis 2008,  il transmet ses connaissances en développement des compétences à l’international; accompagnement à l’expatriation; intégration des étrangers dans l’entreprise en France et gestion des risques interculturels. Il est également enseignant à l'École Centrale de Paris; L'Ecole Nationale des Ponts et Chausées; École de Guerre Économique. Il détient un master en Stratégie d’Intelligence Économique obtenu à l'École de Guerre Économique à Paris et  une maîtrise de Philosophie, obtenue à l'université de Toulouse, Le Mirail.
    Il a travaillé pour le groupe Accor sur des gros projets d'implantation en Arabie Saoudite.
    ©http://gestion-des-risques-interculturels.com
     

  • BLOGUEUR ET ECRIVAIN

    Il a plusieurs plublications à son actif et plusieurs articles qui ont été repris et cités dans les médias.

    LIVRES
    Toujours plus à l’est, récit, éditions Picquier, 2016, bourse du Centre national du livre
    A travers sables, récit, éditions de l’Olivier, 2009, bourse du Centre national du livre
    La Mère des batailles, récit, éditions de l’Olivier, 2004

    Bibliographie Benjamin Pelletier



    ARTICLES
    Management interculturel – plus de 300 analyses et études de cas publiées depuis
    septembre 2009 sur www.gestion-des-risques-interculturels.com


  • FORMATION À L’ILE MAURICE LE 25 OCTOBRE 2017

    

    L'Eco austral en partenariat avec Air Mauritius et le centre de formation Analysis Institute of Management (AIM) profite de l'expertise de Benjamin Pelletier pour organiser une formation inédite et interactive sur "l’approche interculturelle : avantage compétitif à l’international", le mercredi 25 octobre 2017 au Centre de Convention de Trianon à l'île Maurice. Cette formation vise à intégrer et pratiquer les grilles de lecture des relations interculturelles en contexte professionnel afin de gérer les risques interculturels à l’international. Cette formation sera très utile pour tous ceux qui souhaitent s'expatrier, entreprendre ou investir à l'étranger.

    La formation est au prix de Rs 16 000 (400 euros) et est en cours d'accréditation auprès de la MQA pour les entreprises maurciennes.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique/océan Indien

L’approche interculturelle : un enjeu stratégique pour l’entreprise

Malgré la mondialisation, les cultures résistent. C’est une bonne nouvelle. Mais, comme toute entrée en résistance, c’est là le symptôme d’une pression extérieure qui peut entraîner des réactions épidermiques. Partout, on constate un regain de fierté culturelle de contextes auparavant soumis à l’hégémonie oc...