Happy Few

Dubaï

L'Atlantis The Palm Dubaï : le rêve fou de Sol Kerzner

8 fév 2014 | PAR Jean-Michel Durand
L'hôtel, développé par la société Kerzner International de l'homme d'affaires sud-africain Sol Kerzner, est situé sur trois gigantesques archipels créés ex nihilo et formant un palmier : les Palm Islands. -DR

Un mirage éclatant qui trône dans le désert. Voilà comment on pourrait qualifier ce complexe hôtelier, vitrine du luxe et de la richesse de cet émirat qui n'était, il y a cent ans, qu'un modeste village de pêcheurs.

En perpétuel mouvement, Dubaï est clairement la cité de la démesure.
Entre la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa (828 mètres), et le plus grand centre commercial du globe, le Dubaï Mall (800 000 mètres carrés de surface commerciale), la plus importante ville des Émirats arabes unis impressionne indubitablement.
Rien ne laisserait imaginer que cette métropole gigantesque était, il y a encore cent ans,... un modeste village de pêcheurs...
L'un des symboles de cette opulence est le Burj al-Arab (« la tour des Arabes »), considéré comme l'un des hôtels les plus luxueux au monde (auto-proclamé sept-étoiles) dont l'architecture en forme de voile se dresse fièrement face au golfe arabique.
L'autre emblème de Dubaï est sans aucun doute l'extraordinaire et gigantesque complexe hôtelier, inspiré du mythe de l'Altantide : l'Atlantis The Palm.

L'hôtel, développé par la société Kerzner International de l'homme d'affaires sud-africain Sol Kerzner, est situé sur trois gigantesques archipels créés ex nihilo et formant un palmier : les Palm Islands. Les trois îles - Jumeirah Palm, Jebel Ali Palm et Deira Palm - sont constituées d'un tronc central d'où partent des palmes symétriques, le tout recouvert au sommet d'un croissant. C'est au plein milieu de Jumeirah Palm que trône l'Atlantis The Palm. Inauguré avec faste en 2008, le « resort » est inspiré de l'Atlantis Paradise Island construit à Nassau, aux Bahamas, dont le propriétaire est aussi Sol Kerzner.

Telle une forteresse rose posée en face de la mer, l'hôtel est accessible en voiture par un tunnel sous-marin qui ressort à côté du complexe.
Ses deux tours sont reliées par une immense suite de 942 mètres carrés, la Bridge Suite.

La rencontre de Syracuse... et de Las Vegas

Une fois passée la gigantesque porte d'entrée en bronze, on découvre dans l'immense « lobby » une impressionnante sculpture en verre signée Dale Chihuly, alors que le dôme révèle plusieurs fresques murales ayant pour thème la mythologie grecque et égyptienne.
Mais ce qui fait la spécificité de l'hôtel et de Dubaï est ce curieux mélange de modernité et de kitsch, comme si l'antique Syracuse rencontrait... Las Vegas.
Démesuré, avec 1 539 chambres et suites, c'est également un parc d'attractions, doté du plus grand aquarium du monde.

Les chambres, toutes pourvues de balcon privé, bénéficient de l'une des plus belles vues sur le golfe Arabique avec, au loin, les tours majestueuses de Dubaï. L'offre en hébergement est très diversifiée. Ainsi, hôtel au sein de l'hôtel, l'Imperial Club dispose de 145 chambres et de 22 suites, de services exclusifs et d'un « lounge » très privé. Quant aux « Lost Chambers Suites », véritable dédale de chambres immergées sous la surface de l'eau, elles possèdent une vue incroyable sur l'Ambassador Lagoon, univers aquatique de 11 millions de litres où évoluent en toute liberté 65 000 poissons dans un décor de ruines et d'antiquités. Vous dormirez avec les poissons comme le capitaine Nemo de Jules Verne...

Un temple de style mésopotamien

L'Aquaventure est un parc d'attraction aquatique de 18 millions de litres d'eau. L'attraction principale, un temple de style mésopotamien, monte à 30 mètres et possède un toboggan-catapulte qui finit dans un tunnel de verre passant... au milieu de l'aquarium aux requins.

Côté gastronomie, l'Atlantis The Palm Dubaï abrite 17 restaurants dont certains bénéficient des meilleurs chefs du monde, d'espaces « lounge » et de bars aux inspirations variées. Ambiances familiales, dîner intime en amoureux au bord de la piscine, lieux branchés ou club select, toutes les ambiances sont possibles.

Les superlatifs manquent pour décrire cet hôtel de luxe qui permet de prendre vraiment le pouls de la démesure de Dubaï.
 

Les chiffres de la démesure
* 1 539 chambres dont 166 suites
* 5 600 m2 : la surface du centre de conférences
* 45 minutes de trajet depuis l'aéroport de Dubaï
* 1,4 km de plage
* 3 000 employés
* 1,5 milliard de dollars pour la construction
* 20 millions de dollars pour le budget de l'inauguration
* 35 000 dollars : le tarif journalier de la suite la plus chère.



 

Dubaï, un centre économique
* Forme politique : État fédéral comprenant sept émirats dont Dubaï est le plus peuplé et aussi le centre économique du pays
* Chef de l'État : Khalifa ben Zayed Al Nahyane, émir d'Abu Dhabi
* Monnaie : dirham AED (1 euro = 4,8 dirham)
* 2, 3 millions d'habitants
* 12 départs hebdomadaires avec Emirates depuis Maurice (6h30 de vol). À partir de 1 095 euros en classe économique.

 

  • Au centre de l'immense « lobby » trône une impressionnante sculpture en verre signée Dale Chihuly. - Jean-Michel Durand

    Une fois passée la gigantesque porte d'entrée en bronze, on découvre dans l'immense « lobby » une impressionnante sculpture en verre signée Dale Chihuly, alors que le dôme révèle plusieurs fresques murales ayant pour thème la mythologie grecque et égyptienne. - Jean-Michel Durand

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Dubaï

L'Atlantis The Palm Dubaï : le rêve fou de Sol Kerzner

En perpétuel mouvement, Dubaï est clairement la cité de la démesure. Entre la plus haute tour du monde, la Burj Khalifa (828 mètres), et le plus grand centre commercial du globe, le Dubaï Mall (800 000 mètres carrés de surface commerciale), la plus importante ville des Émirats arabes unis impressionne indubitablement. Rien ne laisserait imaginer que cette métropole gigantesque était, ...