ID

Monde

Le capitalisme sans capital

1 oct 2019 | PAR La rédaction | N°344

Le capitalisme sans capital


Une révolution tranquille a été amorcée au début du XXIe siècle. Pour la première fois, les principales économies mondiales ont investi davantage dans les actifs immatériels (la conception, la stratégie de marque, la R&D et les logiciels) que dans les actifs matériels (les machines et les bâtiments). Le capitalisme sans capital n’est pas la simple histoire d’une prétendue nouvelle économie. Il montre que cette révolution a eu un impact considérable et sous-évalué dans les bouleversements économiques de la dernière décennie, qui vont de l’inégalité économique à une productivité stagnante. Les auteurs explorent ce qui fait d’un système riche en actifs immatériels une économie fondamentalement différente du système classique, afin de répondre à la question : où va notre monde ? Jonathan Haskel est professeur d’économie à l’Imperial College Business School ; Stian Westlake est conseiller auprès du ministre britannique de l’Innovation et des Sciences. Ils ont remporté ensemble le prix Indigo 2017.

« Le capitalisme sans capital » de Jonathan Haskel et Stian Westlake. Éditeur : PUF, avril 2019, 368 pages. Prix : 24 euros.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Le capitalisme sans capital

Une révolution tranquille a été amorcée au début du XXIe siècle. Pour la première fois, les principales économies mondiales ont investi davantage dans les actifs immatériels (la conception, la stratégie de marque, la R&D et les logiciels) que dans les actifs matériels (les machines et les bâtiments). Le capitalisme sans capital n’est pas la simple histoire d’une prétendue nou...