Leader

Réunion

Le Conseil départemental doit faire mieux avec moins

1 mar 2019 | PAR La rédaction | N°337
Cyril Melchior, président du Conseil départemental : « Pour 2019, nous souhaitons maintenir le cap de la transparence budgétaire. Mais nous ne perdons pas de vue l’essentiel : l’efficacité des politiques publiques… » DR

Cyril Melchior, président du Conseil départemental, cette assemblée locale qui fait figure de super assistante sociale, n’a pas la tâche facile. Le Département a dû gérer en 2018 pas moins de 105 000 bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et il s’attend à en gérer au moins 6 000 de plus en 2019 avec la fin des contrats aidés. Cette aide directe aux familles sans ressources représente d’ailleurs un budget de 651 millions d’euros, soit 40 % du budget total du Département qui se monte à 1,6 milliard d’euros. Rappelons que le montant du RSA, versé mensuellement, s’élève à 550,93 euros pour une personne seule sans enfant, 826,40 euros pour une personne avec un enfant, 991,68 euros si elle a deux enfants, et 220,37 euros par enfant supplémentaire. La Réunion est le département français qui compte le plus d’attributaires de cette aide sociale, si l’on excepte le Nord (127 000 en 2017), mais celui-ci compte trois fois plus d’habitants. 
« La Réunion est un territoire aux disparités immenses, 40 % de la population vit en dessous du seuil de pauvreté », souligne Cyril Melchior. Ce dernier souhaite « recréer les fondations d’une solidarité nouvelle » et attend que « l’État prenne ses responsabilités et qu’il assume pleinement son rôle au titre de la solidarité nationale en récupérant la gestion des allocations individuelles de solidarité ». C’est qu’en matière de décentralisation, les moyens n’ont pas forcément suivi. Et pourtant, le Conseil départemental confirme ses qualités de gestionnaire qui se conjugent avec sa bonne connaissance du territoire et de ses habitants. Le Département de La Réunion fait partie des 24 collectivités expérimentant la certification des comptes au niveau national. Il faut souligner d’ailleurs que le directeur général des services du Département, depuis août 2016, est un homme de grande expérience, Pierre Bayle, connu pour avoir été notamment préfet de Mayotte d’août 1998 à octobre 2001. Un haut fonctionnaire au service de l’État ou des collectivités territoriales mais qui, âgé de 66 ans, devrait prochainement prendre sa retraite. Toujours est-il que le cap de la transparence budgétaire sera maintenu, selon le président de l’assemblée départementale qui intervient également auprès du monde agricole. L’un des rares domaines économiques lui restant alors que la Région se charge de la plupart des secteurs, hormis certaines aides. Cela n’empêche pas le Département de développer une politique de coopération internationale, confiée à Marc Paoli, conseiller en charge de ce dossier.   

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Le Conseil départemental doit faire mieux avec moins

Cyril Melchior, président du Conseil départemental, cette assemblée locale qui fait figure de super assistante sociale, n’a pas la tâche facile. Le Département a dû gérer en 2018 pas moins de 105 000 bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) et il s’attend à en gérer au moins 6 000 de plus en 2019 avec la fin des contrats aidés. Cette aide directe aux familles sans ressou...