Edito

Maurice

LE GOUVERNEMENT À L’ÉPREUVE DES RÉALITÉS ÉCONOMIQUES

14 mar 2019 | PAR Alain Foulon

« Le coup de massue est venu de l’instauration du salaire minimum ». Cette déclaration de Thierry Lagesse, ex-Executive Chairman du groupe Palmar Ltée, dans un entretien publié par le quotidien mauricien L’Express, interpelle. Cette entreprise a dû fermer ses portes, laissant sur le carreau 1 300 salariés dont 900 Mauriciens. À l’échelle de Maurice, c’est important. Dans un pays comme la France, cela équivaudrait à plus de 65 000 licenciés. Et Palmar est loin d’être la seule industrie textile à mettre fin à son activité. En imposant en 2018 un salaire minimum de 8 140 roupies (203 euros), auquel s’ajoutait une allocation de la Mauritius Revenue Authority de 860 roupies afin d’atteindre 9 000 roupies (225 euros), y compris dans la zone franche, le gouvernement a voulu prendre une mesure sociale forte, d’autant plus forte que les élections approchent. S’il existait déjà des rémunérations minimales obligatoires, elles variaient beaucoup d’un secteur à l’autre et s’élevaient parfois à la moitié de 9 000 roupies. Dans l’industrie textile, qui est un gros employeur, l’impact a été d’autant plus fort qu’elle est confrontée à une rude concurrence de pays à bas salaires et que le niveau de la roupie reste élevé par rapport à l’euro. Mais les gros acteurs comme Palmar ont respecté la loi alors même que dans les petites entreprises – tous secteurs confondus – c’est loin d’être toujours le cas. Sans parler des particuliers qui salarient des employées de maison. Le gouvernement se retrouve ainsi confronté aux réalités économiques d’un pays qui n’est pas encore un pays à revenus élevés et où la productivité doit encore s’améliorer. La question du salaire minimum divise d’ailleurs les économistes. Même en Europe, plusieurs pays riches, tels que la Suisse, la Norvège et la Suède, ne l’ont pas instauré. Cela ne les empêche pas d’avoir un niveau de salaire élevé. Le meilleur exemple est sans doute celui de la Suisse où les salaires figurent parmi les plus élevés du monde.     
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

LE GOUVERNEMENT À L’ÉPREUVE DES RÉALITÉS ÉCONOMIQUES

« Le coup de massue est venu de l’instauration du salaire minimum ». Cette déclaration de Thierry Lagesse, ex-Executive Chairman du groupe Palmar Ltée, dans un entretien publié par le quotidien mauricien L’Express, interpelle. Cette entreprise a dû fermer ses portes, laissant sur le carreau 1 300 salariés dont 900 Mauriciens. À l’échelle de Maurice, c’est important. Dans un pays ...