ID

Maurice

Le gouverneur de la Banque centrale victime du Bitcoin

1 fév 2018 | PAR La rédaction | N°326
L’ex-gouverneur de la Banque centrale, Ramesh Basant Roi, était connu pour son scepticisme affiché, voire son hostilité, envers le Bitcoin, cette monnaie électronique de type cryptographique. Davidsen Arnachellum

On peut penser que le contrat de Ramesh Basant Roi, gouverneur de la Banque centrale, n’a pas été renouvelé en raison d’un différend relatif aux cryptomonnaies. En effet, alors que la question du Bitcoin suscite partout dans le monde des débats acharnés et des décisions contradictoires (interdictions en Corée du Sud et au Maroc, mais en même temps intégration à la bourse de Chicago), le patron de la Banque de Maurice était connu pour son scepticisme affiché, voire son hostilité envers cette monnaie électronique de type cryptographique. Mais les jeux semblaient faits car quelques jours avant son départ, la Présidence de la République annonçait la création sur l'île d'un centre de recherche et de formation, le Mauritius Blockchain Center of Excellence (MBCE) dédié à la question. Pour certains analystes, la petite île de l'océan Indien à la recherche d'un (énième) rebond pour son secteur financier, mis sous pression et devenu moins attractif, et à la veille du 50e anniversaire de son indépendance, fait le pari risqué (?) de miser sur la monnaie virtuelle. Certains voient même dans l'activisme de Port-Louis une volonté de damer le pion aux Émirats arabes unis et en particulier à Dubaï qui se veut être à l'avant-garde de la question dans le monde, après avoir annoncé récemment la création de sa propre monnaie virtuelle.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Le gouverneur de la Banque centrale victime du Bitcoin

On peut penser que le contrat de Ramesh Basant Roi, gouverneur de la Banque centrale, n’a pas été renouvelé en raison d’un différend relatif aux cryptomonnaies. En effet, alors que la question du Bitcoin suscite partout dans le monde des débats acharnés et des décisions contradictoires (interdictions en Corée du Sud et au Maroc, mais en même temps intégration à la bourse de Chicago)...