Green

Réunion

Le grand retour de la géothermie

1 mar 2017 | PAR La rédaction | N°317
Le cirque de Cilaos, connu pour sa station thermale, pourrait faire l’objet, avec le cirque de Salazie, d’une recherche géothermique sur cinq ans. Stocklib
On en parle depuis une trentaine d’années. Plutôt logique dans une île volcanique, mais seule la Guadeloupe a vu l’émergence d’une centrale géothermique. On en reparle avec la demande de permis exclusif pour cinq ans de recherche, déposée par Volcanergie.


Volcanergie, c’est un joint-venture entre les Français Akuo Energy et Electerre de France. Akuo Energy est présente à La Réunion depuis 2007, dans le photovoltaïque, à travers sa filiale Austral Energy et Agriterra qui associe production agricole et centrale solaire. Quant à Electerre de France, c’est une filiale à 100% du groupe Chadasaygas qui a vu le jour en 2011 à l’initiative de Olivier Bouttes, un ancien de Capgemini et de CycloPharma. Cette holding a pour ambition de devenir l’un des principaux acteurs français en matière de développement et d’exploitation de systèmes énergétiques territoriaux. Elle s’intéresse en particulier aux richesses naturelles de certains sous-sols et aux déchets agricoles qui répondent aux enjeux contemporains en matière de préservation de l’environnement et d’indépendance énergétique.

LES SITES HISTORIQUE DE CILAOS ET SALAZIE

Les sources thermales des cirques de Cilaos et de Salazie ont connu une renommée mondiale dans le passé, même si celle de Salazie – plus exactement d’Hell-Bourg – a été perdue. Des malades venaient de l’île et d’ailleurs pour se soigner grâce à la minéralogie des sources d’eaux chaudes résurgentes. Plus récemment, des prospections menées par le BRGM (Bureau de recherches géologiques et minières) ont mis à jour des indices encourageants. En effet, le Piton des Neiges, plus ancien que le Piton de la Fournaise, présente une fracturation suffisamment prononcée pour permettre la circulation de fluides chauds et profonds. Ces fluides, rendus moins denses par le réchauffement dû à l’activité volcanique, remontent jusqu’à la surface au travers de ces fractures. C’est donc sur un périmètre défini sur ces communes et excluant le cœur du Parc national que seront menées de fines prospections qui auront pour objectif de déterminer avec exactitude la position de la ressource. Ces recherches devraient commencer dans les prochains mois pour une durée de cinq ans, ce qui est nécessaire pour pouvoir « délimiter une zone qui présenterait un potentiel intéressant », souligne Vincent Famin, chercheur à l’université de La Réunion.  

UN OBJECTIF DE 5 MÉGAWATTS

Une fois la ressource localisée, un forage d’exploration sera réalisé. Un tube métallique permettra la remontée des fluides géothermaux vers une turbine en surface. L’énergie permettra de créer de l’électricité en faisant fonctionner une turbine tandis que la chaleur sera transformée et permettra de répondre aux besoins thermiques locaux (chauffage ou climatisation, petite industrie…). L’objectif visé est donc principalement la mise en place d’une centrale capable de produire un minimum de 5 mégawatts d’électricité et de la chaleur, au moyen d’une méthode respectueuse de l’environnement. Théoriquement, les ressources thermales pourront être exploitées sur une période de 50 à 70 ans, selon l’importance de la ressource mais surtout du contrat qui sera établi avec EDF, le gestionnaire du réseau électrique. Les coûts relatifs à la recherche et à l’exploitation de cette ressource demeurent très élevés.

L’ÉNERGIE GÉOTHERMIQUE
Cette énergie permet de fabriquer de l’électricité grâce à l’eau très chaude des nappes dans le sous-sol de la Terre. La température des roches augmente en moyenne de 1°C tous les 30 mètres de profondeur. En certains points du globe, en particulier dans les régions volcaniques, qui correspondent à des intrusions de magma dans la croûte terrestre, cela peut aller jusqu’à 100°C par 100 mètres. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Le grand retour de la géothermie

 Volcanergie, c’est un joint-venture entre les Français Akuo Energy et Electerre de France. Akuo Energy est présente à La Réunion depuis 2007, dans le photovoltaïque, à travers sa filiale Austral Energy et Agriterra qui associe production agricole et centrale solaire. Quant à Electerre de France, c’est une filiale à 100% du groupe Chadasaygas qui a vu le jour en 2011 à l’initiati...