Green

Océan Indien

Le groupe mauricien Lux* dans une stratégie de développement durable

Vishnee Payen, responsable du développement durable et de la RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise). Une mission qui concerne tous les territoires où le groupe hôtelier est implanté. - DR
Présente à Maurice, aux Maldives, à La Réunion et en Chine, l’enseigne hôtelière mène une politique ambitieuse qui implique son personnel comme ses clients et veut en faire un avantage concurrentiel.

« Au groupe LUX, le développement durable est un sujet concret depuis plus de cinq ans. Et contrairement à ce qu’on pense souvent, il ne concerne pas que le recyclage. Il comprend tous les domaines et repose sur trois piliers : l'économie, l'environnement et le social qui sont traités à part égale. » Vishnee Payen, responsable du développement durable et de la RSE (Responsabilité sociale de l’entreprise) au sein du groupe hôtelier, n’a pas le temps de s’ennuyer. « Notre implantation dans plusieurs États, qui ont des législations et des histoires différentes, nous oblige à suivre des normes internationales élevées. » Et pour appuyer cette stratégie globale, le groupe a créé en 2011 un comité de développement durable comprenant le CEO, Paul Jones, le chef ingénieur, un représentant de la direction des ressources humaines et un représentant de chaque hôtel. Ce comité se réunit à Maurice tous les trois mois pour identifier les problèmes et suivre la mise en œuvre de la stratégie. Pour les autres territoires, les communications se font par Internet sécurisé. Des rapports suivent le comité. Cela est d'autant plus important que le groupe est enregistré à la bourse de Maurice qui a lancé un « Sustainability Index ». Tous les employés de l'entreprise sont impliqués. « C'est d'ailleurs l'une des conditions de la réussite du programme. » Pour cela, Vishnee Payen dispose de 8 millions de roupies (200 000 euros) hors CSR (Corporate Social Responsability), une taxe égale à 2% du résultat net de l'entreprise. Il faut y ajouter des dépenses spécifiques, comme une taxe déchets à La Réunion. 

RÉDUCTION ÉNERGÉTIQUE ET GESTION DES PLASTIQUES

Bien que la stratégie de développement durable soit multi-sectorielle (formation, éthique, sécurité au travail...), les objectifs clés restent la réduction énergétique et la gestion des plastiques. Ainsi, l'objectif de réduction de 10% de la consommation électrique de la climatisation a déjà été atteint. Concernant la gestion des déchets, le projet « Earth and Danse » consiste à embouteiller, selon les normes d'hygiène internationales, de l'eau recyclée dans des bouteilles en verre. L'investissement est de 2,4 millions de roupies (60 000 euros). « Nous avons cessé d'acheter des bouteilles en plastique ! » Autre exemple, les serviettes de bain sont remplacées à la demande des clients et non plus automatiquement. Et ça marche ! Le retour sur investissement est non négligeable. La diminution des coûts liée à l'embouteillage dans des bouteilles en verre est de 40%. Quant à l'utilisation d'ampoules économiques plasma (utilisées dans de grands espaces tels que les lobbys), elle s’élève à plus de 100%.

Pour promouvoir le développement durable, le groupe a adopté les critères de la version G4 de la Global Reporting Initiative (GRI). Plus de 6 000 organisations, situées dans 90 pays, suivent les lignes directrices de la GRI. « C'est un outil utile puisqu’il permet une meilleure gestion des actions qui ne peuvent être mesurées. On peut également prendre des mesures correctives si jamais on s’éloigne de l’objectif fixé », souligne Vishnee Payen. LUX travaille aussi sur la certification développement durable de Travelife, système de certification international qui aide les hôtels à gérer et améliorer leur politique sociale. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

Le groupe mauricien Lux* dans une stratégie de développement durable

« Au groupe LUX, le développement durable est un sujet concret depuis plus de cinq ans. Et contrairement à ce qu’on pense souvent, il ne concerne pas que le recyclage. Il comprend tous les domaines et repose sur trois piliers : l'économie, l'environnement et le social qui sont traités à part égale. » Vishnee Payen, responsable du développement durable et de la RSE (Responsabilité socia...