Green

Réunion

Le groupe réunionnais Exsel développe une offre diversifiée

22 Jan 2016 | PAR Philippe Stéphant | N°301
Le projet d’écolodge du Maïdo doit apporter le confort et les services d’un 4 étoiles dans un concept d’excellence environnementale. - DR
Apportant l’enseigne Framissima à La Réunion, le groupe hôtelier va aussi gérer « Le Battant des Lames » à Saint-Pierre et peaufine son propre projet d’écolodge au Maïdo.

L’inauguration du « Battant des Lames », hôtel de 60 chambres sur le littoral de Saint-Pierre, est très attendue dans la capitale du sud, en déficit de structures hôtelières depuis plusieurs années. Son propriétaire a signé un contrat de franchise avec le groupe Exsel Authentic Hôtels, acteur réunionnais qui confirme son élan de diversification. « Le Battant des Lames a rejoint le label « By Exsel », lié au marketing et à la commercialisation, qui est aussi un contrat d’accompagnement du porteur de projet jusqu’à son ouverture et pour les deux premières années de fonctionnement », précise Fabrice Manson, directeur général du groupe Exsel. L’enseigne est née en 2013, bientôt rejointe par un premier hôtel indépendant, « Le Victoria », structure de 27 chambres en bord de mer, dans le sud. Le groupe Exsel trouve son origine à Saint-Gilles Les Bains où l’hôtel « Alamanda », deux étoiles de 70 chambres, leader sur son segment de marché, a été rénové en 2010 avec un effort particulier sur les services, comme une piscine chauffée, et qui affiche une progression de 15% en 2014. Depuis, le groupe a fait l’acquisition du « Blue Beach », trois étoiles devenu « L’Ermitage Boutik Hôtel », et de l’hôtel Floralys, à l’Etang-Salé Les Bains, puis de la résidence hôtelière contigüe, « Roseau des Sables ». « Exsel Authentic Hôtels est le seul groupe à proposer une franchise locale qui bénéficie d’une direction commerciale en Métropole et offre la même visibilité à tous les établissements. Il permet aussi à des indépendants un appui en marketing et commercialisation sans obligation d’un mandat de gestion », informe Fabrice Manson.

LE PREMIER HÔTEL CLUB TROIS ÉTOILES

Le groupe représentera une dizaine d’hôtels en 2016, premier à La Réunion en nombre d’établissements et pourrait l’être bientôt en nombre de chambres. Son dynamisme s’exprime, particulièrement, dans la diversité de son offre. « Nous ne voulons pas être classifiés dans une typologie d’activité hôtelière car chaque établissement s’exprime dans une dynamique totalement unique, confie Yann Le Febvre, fondateur du groupe Exsel. Notre label accueille des hôtels, s’ils peuvent offrir des produits qui sont au niveau de nos exigences, en leur faisant gagner énormément de temps sur leur progression. » Exsel applique, pour chaque établissement, une stratégie de différenciation qui a donné naissance à « L’Ermitage Boutik Hôtel », un concept sans restauration, avec une décoration originale et variée de chambre en chambre qui permettait, à l’origine, d’acquérir des éléments d’ameublement. En 2015, l’innovation s’illustre à travers « Le Floralys » qui devient le premier Hôtel Club de La Réunion sous l’enseigne Framissima. « Le Floralys devient le seul Hôtel Club trois étoiles de l’océan Indien, commente Fabrice Manson. Nous avons signé ce label avec le voyagiste Fram qui le commercialise à partir du 1er novembre, uniquement sur le marché français, et nous allons en faire bénéficier La Réunion. » Cet investissement nécessite huit semaines de travaux et 450 000 euros d’investissement pour positionner « Le Floralys » comme l’une des références de l’hôtellerie trois étoiles dans l’océan Indien.

UN FLEURON DE L’INNOVATION TOURISTIQUE

Tout récemment, c’est « Le Vieux Cep », trois étoiles de 45 chambres dans le cirque de Cilaos, qui a rejoint le groupe Exsel Authentic Hôtels. L’événement le plus attendu, néanmoins, est la concrétisation du projet d’écolodge sur les hauteurs du Maïdo, proche du surplomb dominant le cirque de Mafate. « Cet écolodge doit devenir un « market maker », une locomotive touristique, qui apporte le confort d’un quatre étoiles à des voyageurs qui font le choix de l’écologie dans un cadre totalement naturel », s’enthousiasme Yann Le Febvre. Avec l’accord d’une concession sur 40 ans de la Ville de Saint-Paul, propriétaire de l’ancien « Parc Hôtel du Maïdo », le groupe Exsel porte ce projet d’écolodge de 68 chambres qui pourrait voir le jour d’ici 2017. Pour un investissement d’environ 10 millions d’euros, déclinant des solutions innovantes de gestion de l’eau et de l’énergie, utilisant en priorité le bois et la pierre. La structure pourra faire évoluer ses prestations dans les domaines du bien-être et de la santé. Un projet phare pour le groupe, sur lequel pourront se greffer un éventail d’activités connexes comme la descente en VTT. « Un tel fleuron d’innovation en termes de qualités environnementales est appelé à séduire une clientèle beaucoup plus étendue que le marché européen classique, du côté des pays nordiques mais aussi de l’Afrique du Sud », analyse Yann Le Febvre.
En progression sur l’année 2015, le groupe Exsel s’affirme dans une phase de reconquête de chiffre d’affaires, qui atteignait 6,5 millions d’euros en 2014.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Le groupe réunionnais Exsel développe une offre diversifiée

L’inauguration du « Battant des Lames », hôtel de 60 chambres sur le littoral de Saint-Pierre, est très attendue dans la capitale du sud, en déficit de structures hôtelières depuis plusieurs années. Son propriétaire a signé un contrat de franchise avec le groupe Exsel Authentic Hôtels, acteur réunionnais qui confirme son élan de diversification. « Le Battant des Lames a rejoint ...