Le billet

Maurice

LE MANQUE D’ANTICIPATION

15 mai 2016 | PAR Alain Foulon


Le secteur financier mauricien est en ébullition parce que la révision du traité de non double imposition avec l’Inde ne serait pas à l’avantage de Maurice, la rendant moins attrayante pour les investisseurs indiens qui pourraient la déserter. En réalité, la plupart des commentateurs, dans la presse, ne semblent pas disposer du texte original et leurs critiques se basent sur des informations qui ont filtré dans un contexte politique où l’opposition s’en donne à cœur joie. Tout cela reste encore bien flou. Quoi qu’il en soit, comme cela fait plus de quinze ans qu’on tire la sonnette d’alarme, qu’on répète que la place financière mauricienne est trop dépendante de ces avantages concédés par l’Inde et qu’elle doit se diversifier, on peut s’interroger sur ce manque d’anticipation. On a connu le même phénomène avec le secteur sucrier, sauf que celui-ci, via l’État, a été soutenu par l’Europe pour réussir sa mutation. Il n’en est pas de même pour le secteur financier. Ici, on met le doigt sur l’une des faiblesses de Maurice qui fait qu’elle ne pourra jamais être le Singapour de l’océan Indien, un rêve souvent exprimé mais utopique. Singapour s’est construit sous la conduite d’un dirigeant à poigne qui avait planifié le développement plusieurs décennies à l’avance et muselait l’opposition. Dans le cadre de la démocratie mauricienne, de l’alternance et des alliances qui se font et se défont quasiment au jour le jour, on vit surtout dans le court terme. Les hommes politiques se préoccupent d’abord de leur élection, puis de leur réélection et comme ils ne disposent que de cinq ans pour la préparer, ils ont bien du mal à se soucier d’une planification sur le long terme et à prendre des mesures qui pourraient déplaire à certains lobbys ou à leur électorat. N’oublions pas qu’un ministre est d’abord un député et qu’à l’exception de la Justice, il ne peut pas en être autrement.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

LE MANQUE D’ANTICIPATION

 Le secteur financier mauricien est en ébullition parce que la révision du traité de non double imposition avec l’Inde ne serait pas à l’avantage de Maurice, la rendant moins attrayante pour les investisseurs indiens qui pourraient la déserter. En réalité, la plupart des commentateurs, dans la presse, ne semblent pas disposer du texte original et leurs critiques se basent sur d...