Le premier rendez-vous des French Tech d’Afrique - Performance - Ecoaustral.com

Performance

Réunion

Le premier rendez-vous des French Tech d’Afrique

1 déc 2016 | PAR La rédaction | N°315
Christophe Viarnaud, représentant de la French Tech de Cape Town (Le Cap) : « Trois des meilleures universités d’Afrique se situent à Cape Town. Nous avons fait le pari de créer une communauté très large, qui dépasse le seul réseau ‘frenchy’, en nous alliant avec la Silicon Cap, qui est la Silicon Valley de l’Afrique. » - Guillaume Foulon
Le forum NxSE a été l’occasion d’organiser pour la première fois la rencontre des French Tech Réunion, Abidjan, Cape Town et Ocean Tech (Pays basque).


En juillet dernier, La Réunion a rejoint l’écosystème French Tech, une reconnaissance au niveau national et l’appartenance à un réseau mondial de 22 hubs. Elodie Royer, vice-présidente Recherche et Innovation chez Digital Réunion, qui a piloté le dossier de candidature de La Réunion, était ravie de rencontrer ses homologues africains. « Nous avons tout à apprendre de l’Afrique avec qui nous espérons créer des liens et des coopérations. L’aspect réseau nous paraît primordial avec un partage d’expérience et de ressources. »

UNE ALLIANCE AVEC LA « SILICON CAP » EN AFRIQUE DU SUD

La French Tech du Cap (Cape Town) en Afrique du Sud, labellisée en janvier 2016, semble avoir déjà fait du chemin, comme l’explique l’un de ses ambassadeurs, Christophe Viarnaud : « Il y a seulement 10 000 Français en Afrique du Sud mais un écosystème tech très dynamique, avec d’excellents développeurs. Trois des meilleures universités d’Afrique se situent à Cape Town. Nous avons fait le pari de créer une communauté très large, qui dépasse le seul réseau ‘frenchy’, en nous alliant avec la Silicon Cap, qui est la Silicon Valley de l’Afrique. » Labellisée dans la catégorie Smart (home, city, commerce, education, media&content), la French Tech du Cap a créé à ce jour 60 emplois, incubé 15 nouvelles start-up et ouvert un lieu de ressources et de co-working. « Nous souhaitons attirer des start-up, développer les échanges avec les Sud-africains qui se reconnaissent dans la French Tech et offrir un rayonnement pour un territoire tout entier », ajoute Christophe Viarnaud. 

UNE FORTE CROISSANCE EN CÔTE D’IVOIRE

Même volonté du côté de la French Tech d’Abidjan, labellisée en janvier comme Le Cap, qui a pour vocation l’accélération du développement de l’écosystème de la Côte d’Ivoire et d’Afrique de l’Ouest, la facilitation de l’implantation de start-up françaises et la création d’un pont entre l’écosystème ivoirien et les autres écosystèmes numériques dans le monde. « Le secteur du numérique et des nouvelles technologies, en Côte d’Ivoire, connaît une croissance de 7% par an », indique Philippe Batreau, directeur général d’Epistrophe, agence numérique spécialisée dans les services web, d’ingénierie et d’informatique et membre actif du hub. La force d’Abidjan est d’avoir su fédérer de nombreux acteurs publics locaux, ainsi que des entrepreneurs du numérique présents dans le pays. 

LA RÉUNION VEUT PROFITER DE SON LABEL

Fédérer c’est bien, agir c’est mieux. « Comment avance-t-on avec beaucoup d’énergie et finalement peu de moyens ? » La question est récurrente. « Comme pour une start-up, il faut trouver le Business Model, puis faire des levées de fonds. La démarche doit donc être très structurée et les acteurs impliqués », estime Christophe Viarnaud.  
À La Réunion, on constate une véritable stratégie de développement de la filière e-santé avec un projet de cluster pour faire travailler ensemble des acteurs locaux qui ont de solides projets. « Le secteur est porté par des pépites, beaucoup d’applications autour d’objets connectés, de la R & D, un pôle médical d’excellence… Nos objectifs, entre autres, sont de faire émerger vingt nouvelles start-up par an, deux tech champions à rayonnement international à deux ans et de créer un campus healthtech », détaille Elodie Royer. Comme disait Philippe Arnaud, président de Digital Réunion (l’association des professionnels) après l’obtention du label, « ce n’est que le début de l’aventure ». 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Le premier rendez-vous des French Tech d’Afrique

 En juillet dernier, La Réunion a rejoint l’écosystème French Tech, une reconnaissance au niveau national et l’appartenance à un réseau mondial de 22 hubs. Elodie Royer, vice-présidente Recherche et Innovation chez Digital Réunion, qui a piloté le dossier de candidature de La Réunion, était ravie de rencontrer ses homologues africains. « Nous avons tout à apprendre de l’Afriqu...