Performance

Madagascar

Le secteur privé se dote d’un fonds pour la formation professionnelle

1 juin 2017 | PAR La rédaction | N°320
Le développement des projets de formation destinés aux entreprises individuelles, aux entreprises issues d’un même secteur ou d’un même territoire ainsi que celles des filières artisanale et agricole a été défini comme prioritaire. Zou Andriamambola

Pour que les entreprises locales soient plus compétitives, la formation professionnelle est incontournable et doit permettre une meilleure adéquation entre l’offre et la demande d’emploi. Dans ce cadre, le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), le Groupement du patronat malagasy (Fivmpama), la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM), la Fédération des chambres de commerce et d’industrie de Madagascar (FCCIM) ainsi que trois ministères ont décidé de créer un fonds de financement de la formation professionnelle. Un protocole d’accord a été signé mi-mai entre ces partenaires sociaux. Il sera formalisé par l’adoption d’une loi au Parlement afin de collecter une cotisation obligatoire auprès de chaque entreprise formelle pour alimenter ce fonds qualifié d’utilité publique. Un conseil d’administration tripartite représentant les employeurs, les syndicats de salariés et les pouvoirs publics en assurera la gouvernance au niveau national et intersectoriel. Le fonds sera ainsi alimenté par une cotisation obligatoire de 1% sur la masse salariale des entreprises déclarant leurs salariés à Madagascar. Des ressources provenant de l’État et de partenaires du développement s’y ajouteront. L’Agence française de développement (AFD) a d’ailleurs affiché sa volonté d’octroyer une subvention de l’ordre de 6 millions d’euros afin d’accompagner le démarrage effectif du fonds et de mettre en place les premiers financements en attendant le versement de leurs cotisations par les entreprises. Grâce à cet appui financier, les activités devraient démarrer début 2018. À cet effet, la future structure de gestion du fonds lancera, dès le premier trimestre, son premier appel à projets pour les actions de formation interentreprises sectorielles et intersectorielles. Le développement des projets de formation destinés aux entreprises individuelles, aux entreprises issues d’un même secteur ou d’un même territoire ainsi que celles des filières artisanale et agricole a été défini comme prioritaire. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Le secteur privé se dote d’un fonds pour la formation professionnelle

Pour que les entreprises locales soient plus compétitives, la formation professionnelle est incontournable et doit permettre une meilleure adéquation entre l’offre et la demande d’emploi. Dans ce cadre, le Groupement des entreprises de Madagascar (GEM), le Groupement du patronat malagasy (Fivmpama), la Conférence des travailleurs de Madagascar (CTM), la Fédération des chambres de commerce...