Performance

Madagascar

Le think tank d’Andy Rajoelina pour redresser la Grande Île

Fondée par Andry Rajoelina, l’Initiative pour l’émergence de Madagascar (IEM) a été officialisée en France en janvier 2018, puis à Madagascar en mai 2018.
Proclamé vainqueur de l’élection présidentielle le 8 janvier 2019, l’ex-entrepreneur de 44 ans entend mettre en œuvre un plan ambitieux visant à rattraper le retard du pays en cinq ans.

En conformité avec son surnom de TGV (train à grande vitesse) acquis dans sa jeunesse, le nouveau président souhaite aller vite dans le redressement et l’essor de son pays. Dans cette optique, il a fondé l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), une plate-forme de concertation qui ambitionne de rattraper le retard du pays durant son quinquennat. « Nous sommes à la croisée des chemins : soit nous choisissons de rester dans l’extrême pauvreté, soit nous prenons le chemin du développement. Nous allons réaliser en cinq ans des projets qui n’ont pas été réalisés depuis l’indépendance. » 
Le think tank d’Andry Rajoelina permet de formuler des propositions concrètes sur les thèmes prioritaires que sont la paix et la sécurité, l’énergie et l’eau pour tous, la lutte contre la corruption et pour une justice équitable, l’éducation et la culture pour tous, la santé et un emploi décent pour tous, l’industrialisation de Madagascar, l’autosuffisance alimentaire, la gestion durable des ressources naturelles, l’autonomisation des territoires et le sport. L’IEM se veut le vivier de son programme présidentiel. 

En route vers l’industrialisation

En matière économique, le nouveau président entend impulser la croissance en misant sur cinq secteurs stratégiques prioritaires que sont l’agrobusiness, le secteur minier, l’énergie, le tourisme et l’économie bleue. Il envisage notamment de renforcer le rôle des entreprises malgaches et de redorer l’image du Vita malagasy (Made in Madagascar). Le nouveau président indique que « tout ce dont nous avons besoin doit être transformé dans le pays ». L’industrialisation doit reposer sur les investissements nécessaires qui doivent être répartis selon les secteurs d’activité et en fonction des spécificités de chaque région du pays. Cela nécessite en outre une bonne capacité en énergie qui devrait se traduire par le doublement de la production d’électricité et la diminution de son coût d’ici cinq ans. 
À court terme, il propose la mise en place de centrales hybrides et de centrales dédiées aux énergies renouvelables, mais aussi le développement de centrales fonctionnant au charbon. Sur le long terme, l’objectif sera d’exploiter au maximum les possibilités des centrales hydroélectriques. Par ailleurs, le capital humain devrait être développé à travers la mise en place de centres de formations dans les régions et la mise en place du système de certificat d’aptitude professionnelle (CAP). Cela devrait faciliter l’accès à l’emploi dès 18 ans et renforcer les secteurs pourvoyeurs d’emplois.
Lors de son face à face avec le secteur privé durant la campagne électorale, Andry Rajoelina a annoncé ses mesures pour attirer les investissements et inciter les investisseurs. Une priorité est ainsi donnée au renforcement de la lutte contre l’insécurité et contre la corruption et la restauration de l’État de droit. 

Attirer les investissements

Concrètement, face aux cas de kidnappings et à l’insécurité grandissante, un programme de lutte est envisagé avec la création d’une force spéciale antikidnapping, une force spéciale d’intervention et une structure de police de proximité. Par ailleurs, diverses réformes ont également été annoncées à l’instar de la révision du code des investissements, le maintien du taux de change, la fin de la concurrence déloyale, la construction de tribunaux de proximité, la responsabilisation des titulaires d’un mandat public et l’assainissement du système de passation de marchés. Et pour réduire le coût du crédit et faciliter les investissements, la création d’une banque de développement et de fonds d’investissement spécialisés a été évoquée. L’Initiative pour l’émergence se trouve maintenant sur les rails, même si certaines zones d’ombre subsistent encore, comme les moyens financiers.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Le think tank d’Andy Rajoelina pour redresser la Grande Île

En conformité avec son surnom de TGV (train à grande vitesse) acquis dans sa jeunesse, le nouveau président souhaite aller vite dans le redressement et l’essor de son pays. Dans cette optique, il a fondé l’Initiative pour l’Emergence de Madagascar (IEM), une plate-forme de concertation qui ambitionne de rattraper le retard du pays durant son quinquennat. « Nous sommes à la croisée des...