Green

Monde

Le train de la vie

1 mar 2020 | PAR Laurent Gajac | N°348
Pas de résolutions pour moi, juste une prise de conscience, une réflexion sur cette nouvelle année qui (me) rappelle, pour ceux de ma génération du moins, que le temps passe inexorablement. À tout coup c'est la loi.


 

Laurent Gajac
©Droits réservés



À cinquante ans passés et dépassés, il faut réfléchir à ce que l'on veut vraiment, à ce qui nous est essentiel, pour ne pas dire précieux. Et l’on peut aussi être en gratitude d’être arrivé jusque-là, je pense à tous ces voyageurs qui descendent du train avant nous. Prendre le temps pour soi et ceux que l’on aime, ne pas le gaspiller dans des discussions stériles, des conflits interpersonnels. Ne pas se comporter comme si nous étions immortels ! 
Il faut aussi se réjouir, comme l’a écrit Victor Hugo, que « quarante ans c’est la vieillesse de la jeunesse, mais cinquante ans c’est la jeunesse de la vieillesse ». Chacun décidera évidemment pour lui-même, il n'y a pas de normes, pas de règles, pas de « il faut », pas de « je dois ». 
Je partage avec vous ce texte particulièrement inspirant de Jean d’Ormesson intitulé « Le Train de ma vie ». Un voyage de la naissance au grand départ, qui rappelle ce qu’il y a d’essentiel dans l’existence. 

« À la naissance, on monte dans le train et on rencontre nos parents. 

Et on croit qu’ils voyageront toujours avec nous. 

Pourtant, à une station, nos parents descendront du train, nous laissant seuls continuer le voyage… 

Au fur et à mesure que le temps passe, d’autres personnes montent dans le train. 

Et elles seront importantes : notre fratrie, nos amis, nos enfants, même l’amour de notre vie. 

Beaucoup démissionneront (même éventuellement l’amour de notre vie), et laisseront un vide plus ou moins grand. 

D’autres seront si discrets qu’on ne réalisera pas qu’ils ont quitté leurs sièges. 

Ce voyage en train sera plein de joies, de peines, d’attentes, de bonjours, d’aurevoirs et d’adieux. 

Le succès est d’avoir de bonnes relations avec tous les passagers pourvu qu’on donne le meilleur de nous-mêmes. 

On ne sait pas à quelle station nous descendrons, donc vivons heureux, aimons et pardonnons. 

Il est important de le faire car lorsque nous descendrons du train, nous ne devrons laisser que de beaux souvenirs à ceux qui continueront leur voyage. 

Soyons heureux avec ce que nous avons et remercions le ciel de ce voyage fantastique. 

Aussi, merci d’être un des passagers de mon train. 

Et si je dois descendre à la prochaine station, je suis content d’avoir fait un bout de chemin avec vous. 

Je veux dire à chaque personne qui lira ce texte que je vous remercie d’être dans ma vie et de voyager dans mon train.
» 

Bon voyage !

Laurent Gajac
 

Fondateur dirigeant du groupe Conseil & Services, spécialisé dans la recherche, le développement et l’amélioration du potentiel professionnel. Le groupe est composé de trois centres de formations présents à La Réunion, à Rennes et à Bordeaux. Laurent Gajac est coach professionnel, facilitateur en intelligence collective, il conçoit et anime des groupes de pratiques professionnelles et des sessions de formation, essentiellement sur les thèmes de la communication interpersonnelle, du management et de l’accompagnement au changement. Laurent Gajac est coach certifié SICPNL membre n° M220616
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Le train de la vie

  ©Droits réservés À cinquante ans passés et dépassés, il faut réfléchir à ce que l'on veut vraiment, à ce qui nous est essentiel, pour ne pas dire précieux. Et l’on peut aussi être en gratitude d’être arrivé jusque-là, je pense à tous ces voyageurs qui descendent du train avant nous. Prendre le temps pour soi et ceux que l’on aime, ne pas le gaspiller dans des ...