Green

Réunion

L’économie réunionnaise en transition écologique

8 fév 2022 | PAR Bernard Grollier | N°365
Le site de traitement des déchets de Suez à Sainte- Suzanne. ©Suez RV Réunion
Le mouvement est profond et irréversible. Volontaristes ou contraints par les évolutions réglementaires, les acteurs économiques réunionnais, publics et privés, sont engagés dans la transition écologique et énergétique. Énergie, économie circulaire, RSE : panorama d’un monde qui change.

Il y a dix ans, naissait le cluster Green, le Groupement régional des entreprises engagées pour l’environnement. La démarche témoignait de la prise de conscience grandissante des enjeux environnementaux dans le tissu économique. Les filières REP (responsabilité élargie des producteurs) montaient en puissance localement pour collecter et trouver des solutions de recyclage à diverses catégories de déchets. La Réunion déchantait alors, face aux promesses non tenues du programme Gerri, issu du Grenelle de l’environnement. De beaux et novateurs projets d’exploitation des énergies marines partaient à la dérive, avant de couler. La perspective de faire de La Réunion un modèle de développement durable et d’autonomie énergétique s’éloignait. 
Dix ans plus tard, on rêve moins, mais on agit davantage. Albioma et EDF investissent massivement dans la conversion de leurs centrales thermiques à la biomasse. Certes importée par cargo, mais l’électricité produite demain sur l’île sera moins carbonée qu’aujourd’hui. Les pitons de déchets qui sont sortis de terre à Sainte-Suzanne et au bord de la rivière Saint-Etienne vont, pour leur part, prendre de l’altitude moins rapidement quand les unités de valorisation énergétique de Pierrefonds et de Bois Rouge entreront en service, en 2024. Albioma, EDF, Suez, CNIM : de grands groupes industriels sont à la manoeuvre pour verdir l’économie réunionnaise, conformément aux dernières réglementations sur l’abandon du charbon et la valorisation des déchets et grâce aux compensations versées par la Commission de régulation de l’énergie.
Une même dynamique est à l’oeuvre dans le tissu des PME, avec des projets aboutis ou sur la point de l’être dans le domaine de la valorisation des déchets de pneus, du bois, du verre, de nouvelles filières REP s’installent.
Du Medef à la CPME, en passant par l’Adir (l’association des industriels), tout le monde s’empare des sujets de l’économie circulaire, de la responsabilité sociétale de l’entreprise, de la transition énergétique. Les enjeux climatiques deviennent universels et s’apprêtent à changer l’économie insulaire plus vite qu’on ne l’imagine. Sans doute moins vite qu’il ne le faudrait, mais dans ce domaine comme dans d’autres, La Réunion part de loin.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

L’économie réunionnaise en transition écologique

Il y a dix ans, naissait le cluster Green, le Groupement régional des entreprises engagées pour l’environnement. La démarche témoignait de la prise de conscience grandissante des enjeux environnementaux dans le tissu économique. Les filières REP (responsabilité élargie des producteurs) montaient en puissance localement pour collecter et trouver des solutions de recyclage à ...