Performance

Maurice

L’EDB annonce ses chantiers économiques post-budgétaires

30 juin 2019 | PAR Alexandre Karghoo
De gauche à droite : Ken Poonoosamy, Deputy Chief Executive Officer de l’Economic Development Board (EDB); Charles Cartier, président de l’EDB; François Guibert, CEO de l’EDB et Zakir Caunhye, Head Doing Business à l’EDB. - AK
Charles Cartier, président de l’Economic Development Board (EDB, l’agence de promotion des promotions des investissements) et son CEO, François Guibert, ont présenté les grands enjeux économiques du Budget 2019-2020. Ils ont mis l’emphase sur trois piliers qu’ils espèrent porteurs et à fort effet multiplicateur : la silver economy, la sports economy, et l’education & innovation hub.

« Avant de présenter les nouveaux piliers porteurs de l’économie, il faut comprendre que ce Budget apporte une consolidation des industries existantes, (…) par la création de nouveaux pôles et sous-pôles de développement, diversifiant ainsi les sources de croissance de l’économie. Tout cela n’est possible que si nous continuons à améliorer les conditions des affaires », assure Charles Cartier en introduction. 

  • La Sports economy vise à utiliser au maximum le  potentiel toutes les infrastructures sportives de Maurice, surtout celles qui ont été rénovées ou construites pour accueillir les compétitions de Jeux des Îles de l’océan Indien cette année. Charles Cartier estime que les infrastructures sportives mauriciennes sont sous-utilisées et mal entretenues. Il annonce la construction de 200 kilomètres de pistes cyclables et/ou de course sur le territoire. Selon lui, le sports economy incitera également les touristes à visiter l’île…
  • La Silver economy (économie des séniors) vise à accueillir des retraités étrangers à Maurice pour en faire des résidents. L’objectif est d’attirer ces personnes à fort pouvoir d’achat et à les inciter à fiscaliser leur retraite à Maurice. Ils dépenseraient ainsi leurs économies dans l’économie mauricienne, notamment des services de restauration, de loisir, de vacances, de santé et culturels. Il faudra pour cela construire 10 000 chambres en dix ans pour accueillir 20 000 résidents.
  • L’innovation and education hub (centre d’éducation et d’innovation) vise à consolider aussi l’industrie manufacturière, le BDO (Business Process Outsourcing, l’externalisation des processus), l’agriculture et le tourisme. « L’éducation est une industrie qui offre des ressources à toutes les autres industries ». Il y a environ 3 500 étudiants étrangers à Maurice en ce moment. L’EDB ambitionne que ce chiffre atteigne 5 000 en 2020. 

Selon Charles Cartier, ces étudiants dynamiseraient aussi les autres industries notamment celles des loisirs et de l’immobilier en attirant des étudiants de la classe moyenne ayant les moyens de dépenser dans l’économie mauricienne le temps  de leurs études.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

L’EDB annonce ses chantiers économiques post-budgétaires

« Avant de présenter les nouveaux piliers porteurs de l’économie, il faut comprendre que ce Budget apporte une consolidation des industries existantes, (…) par la création de nouveaux pôles et sous-pôles de développement, diversifiant ainsi les sources de croissance de l’économie. Tout cela n’est possible que si nous continuons à améliorer les conditions des affaires », assure C...