Leela Devi Dookun, ministre de l'Éducation : « Il faut changer les mentalités ! » - Performance - Ecoaustral.com

Performance

Maurice

Leela Devi Dookun, ministre de l'Éducation : « Il faut changer les mentalités ! »

Maurice compte 20 000 jeunes au chômage, dont 5 000 diplômés de l’université. De nombreuses raisons expliquent cette situation. Parmi celles-ci, la politique d’ « un gradué (diplômé) par famille », initiée, en 2011, par Rajesh Jeetah, le ministre de l’Enseignement supérieur d’alors, les disparités entre l’offre et la demande du marché de l’emploi et le manque d’orientation professionnelle.


La Tertiary Education Commission (TEC, commission pour l’enseignement supérieur) publie tous les deux deux ans un rapport dans lequel elle identifie les programmes d’études correspondant aux demandes du marché de l’emploi. Or le ministère de l’Enseignement supérieur n’intervient pas pour réduire le taux d’inscription dans les universités nationales. Et de nombreux étudiants choisissent, pour certains délibérément, de poursuivre des études supérieures sans véritables débouchés professionnels, car obtenir un diplôme est perçu comme une fierté tant pour ces élèves que pour leurs parents.
Leela Devi Dookun, ministre de l’Éducation, de l’enseignement supérieur et des ressources humaines est interrogée sur le sujet. Elle s’attarde sur les mesures que son ministère compte introduire afin de remédier à cette situation.
L’interview complète sera proposée dans le prochain numéro de l’Eco austral.
Ci-dessous, le dernier rapport (en anglais) publié par la TEC, en 2014, sur les domaines prioritaires d'étude.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Leela Devi Dookun, ministre de l'Éducation : « Il faut changer les mentalités ! »

 La Tertiary Education Commission (TEC, commission pour l’enseignement supérieur) publie tous les deux deux ans un rapport dans lequel elle identifie les programmes d’études correspondant aux demandes du marché de l’emploi. Or le ministère de l’Enseignement supérieur n’intervient pas pour réduire le taux d’inscription dans les universités nationales. Et de nombreu...