L’ÉPOUVANTAIL DONALD TRUMP - Billet - Ecoaustral.com

Le billet

Etats Unis

L’ÉPOUVANTAIL DONALD TRUMP

15 mar 2016 | PAR Alain Foulon


De la gauche européenne à l’« establishment » américain, l’atypique candidat à l’investiture républicaine fait peur à beaucoup de monde. Un peu comme des vieilles filles qui verraient un éléphant essayer d’entrer dans leur magasin de porcelaine… De grands « politologues » sont venus nous expliquer que Donald Trump heurtait l’électorat d’Outre-Atlantique avec ses déclarations intempestives et que ce gros pétard en forme d’OVNI ne serait qu’un « pétard mouillé ». Mais il continue d’engranger des voix et de distancer ses concurrents plus BCBG. Que faut-il en penser ? D’abord que les probabilités de le voir accéder à la Maison Blanche sont bien minces car, justement, l’ « establishment » - et pas seulement républicain - n’en veut  pas et c’est lui le « faiseur de roi » et non l’électeur. Ensuite, que le succès de Donald Trump est révélateur d’un certain rejet de la classe politique traditionnelle. Enfin, que son élection serait plutôt une bonne chose pour le monde en général et l’Europe en particulier qui pourraient profiter de son « isolationnisme ». Au contraire, Hillary Clinton risque de poursuivre la politique du chaos en jouant encore au « gendarme du monde », à vouloir administrer partout le breuvage démocratique made in USA. On a vu ce que cela a donné en Irak et en Syrie. Et c’est l’Europe qui doit aujourd’hui payer la note avec la crise migratoire. Les épouvantails sont souvent moins nocifs que les reines de vertu car l’enfer est pavé de bonnes intentions.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

Commentaires

 

Etats Unis

L’ÉPOUVANTAIL DONALD TRUMP

 De la gauche européenne à l’« establishment » américain, l’atypique candidat à l’investiture républicaine fait peur à beaucoup de monde. Un peu comme des vieilles filles qui verraient un éléphant essayer d’entrer dans leur magasin de porcelaine… De grands « politologues » sont venus nous expliquer que Donald Trump heurtait l’électorat d’Outre-Atlantique avec ses ...