Performance

Comores

Les ambitions pétrolières des Comores à l'épreuve de la prospection  

30 Jan 2014 | PAR AFP
Cette phase de prospection de pétrole off-shore peut durer jusqu’à dix ans. - Stocklib © Iurii Kovalenko
Rien ne prouve encore qu'il y a de l’or noir, mais les recherches vont commencer. À l’initiative de plusieurs opérateurs étrangers, comme le Mauricien Jean-Raymond Boulle, agréés par les autorités qui affichent un optimisme prudent.
« La probabilité de l'existence d'hydrocarbures en offshore est élevée, souligne Naoildine Houmadi, chef du Bureau géologique créé par Moroni en 2010 pour développer et valoriser les ressources énergétiques. Maintenant, il faut le prouver par un travail scientifique sérieux pour convaincre les compagnies pétrolières. »

À part les fantasmes et spéculations, souvent alimentés par des politiques, aucune étude sérieuse ne permet pour l'instant d'évaluer le potentiel d'hydrocarbures et d'affirmer s'il y a dans les eaux comoriennes un gros gisement, commercialement viable ou pas.
« Nous ne sommes qu'au tout début de l'aventure, à la première phase. La phase de prospection peut durer jusqu'à dix ans. Raisonnablement, il faut entre quatre et six ans pour être affirmatif », ajoute Naoildine Houmadi.
« Je suis optimiste, mais pas sûr et certain, affirme de même le ministre de l'Energie Abdou Nassur Madi. Les études dont nous disposons sont des simulations : pourquoi le Mozambique, la Tanzanie et Madagascar en ont (du pétrole ou du gaz) et pas nous ? » 

L'économie de l'archipel, fragilisée par l'instabilité politique et un manque de moyens, dépend beaucoup de l'argent envoyé par les émigrés et des exportations agricoles ou encore des investissements étrangers dans les routes et les ports.
Contrairement aux Seychelles, autre archipel situé à environ 1 500 kilomètres au nord-est, le tourisme y reste embryonnaire.
La perspective de recéler de l'or noir et la possibilité évoquée de percevoir des premiers revenus en 2018 a poussé les Comores à se doter en février d'un code pétrolier. L'archipel voit ces derniers temps débarquer des hommes d'affaire d'un nouveau type, comme Manoel Murilo Silva, un directeur Afrique de Petrobras, qui y a séjourné début novembre. « Ils sont intéressés », affirme le ministre Nassur Madi à propos du géant brésilien. L'entreprise kényane Bahari Ressources, associée à Discover Exploration plc, une société cotée à Londres et déjà active en Afrique de l'Est, « n'attend que l'autorisation pour entamer l'exploration », selon le Bureau géologique.

LE MAURICIEN JEAN-RAYMOND BOULLE EN LITIGE AVEC LE GOUVERNEMENT


D'une superficie de 18 000 kilomètres carrés répartis en trois blocs, la zone convoitée par Bahari Resources n'est distante que de 150 kilomètres du bloc 4 où opère la société italienne ENI au Mozambique. En octobre, le contrat de partage de production signé avec le gouvernement a été retiré de l'examen par l'assemblée fédérale de l'archipel.
Un député qui a requis l'anonymat explique ce retrait par une clause qui exonérait la société du versement d'un bonus de 5 millions de dollars si la profondeur excédait 2 000 mètres. Or, celle-ci serait de 2 500 mètres. « Le gouvernement suspecte Bahari Resources d'avoir obtenu cette information à son insu et voudrait renégocier le contrat », a affirmé ce député, ce que Discover et Bahari démentent catégoriquement. « Comme annoncé le 11 mars 2013, Discover, Bahari et le gouvernement sont partenaires dans le premier contrat de partage de production couvrant les blocs off-shore A, B et C adjacent au Mozambique », ont indiqué ces entreprises. « Le contrat a été temporairement retiré de l'Assemblée par le gouvernement au début de la session actuelle et Discover et Bahari ont été informés qu'il sera représenté pour approbation par l'Assemblée dans un futur proche. »
D'autres opérateurs sont sur les rangs, comme la société émiratie RAK Gas présente dans la région (Somalie, Tanzanie, Seychelles, Madagascar, Kenya) ou encore le groupe de l'entrepreneur mauricien Jean-Raymond Boulle qui affirme « avoir les droits de production et d'exploration dans les eaux territoriales des Comores », mais se trouve en litige avec le gouvernement.

Si l'or noir peut ouvrir un nouveau chapitre économique dans ce pays pauvre, il posera d'autres problèmes. « L'absence de vision stratégique à long terme de la part des pouvoirs publics en matière de développement durable et de gestion optimale des ressources naturelles a entraîné une dégradation accélérée des principales ressources formant la base économique du pays : terres, biodiversité et ressources marines », note déjà le rapport 2013 de plusieurs institutions économiques internationales (OCDE, PNUD, BAD). Le pétrole pourrait aussi raviver la question de Mayotte, quatrième île à l'est de l'archipel, devenue le 101e département français en 2009 mais toujours revendiquée par Moroni.
Le ministre interrogé a préféré éluder : « Les études n'ont été effectuées qu'à l'ouest. »


Aboubacar M'Changama
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Comores

Les ambitions pétrolières des Comores à l'épreuve de la prospection  

« La probabilité de l'existence d'hydrocarbures en offshore est élevée, souligne Naoildine Houmadi, chef du Bureau géologique créé par Moroni en 2010 pour développer et valoriser les ressources énergétiques. Maintenant, il faut le prouver par un travail scientifique sérieux pour convaincre les compagnies pétrolières. » À part les fantasmes et spéculations, souvent alimentés par ...