Green

Réunion

Les Brasseries de Bourbon à fond dans le développement durable

1 juin 2017 | PAR La rédaction | N°320
De gauche à droite : Doron Wijnschenk, directeur général des Brasseries de Bourbon, Antoine Clément, responsable Supply Chain, Véronique Rondel, responsable communication et RSE et Thierry Métho, maître brasseur. « Nous sommes convaincus que le développement durable doit faire intégralement partie de notre activité, c’est pour cela que nous nous fixons des objectifs à tous les niveaux de l’entreprise. » Guillaume Foulon
Le dispositif de recyclage des bouteilles de bière fonctionne toujours cinquante-cinq ans après son lancement lors de la création de l’entreprise. L’objectif est de porter le taux de récupération de 59% à 70% tout en économisant d’autres ressources…

« Préserver, améliorer et valoriser. » Ce triptyque se situe aujourd’hui au cœur de la « com » des Brasseries de Bourbon, filiale réunionnaise du géant Heineken, qui brassent la fameuse  « Dodo » et embouteillent Coca Cola. Avec ses 260 salariés, l’entreprise participe au maintien de plus de 2 000 emplois indirects à travers notamment la récupération des bouteilles de bière. Et l’entreprise s’enorgueillit également de privilégier la production locale. À ce jour, ce sont 84% de ses références qui sont produites sur le site de Quai Ouest, à Saint-Denis, et près de 40% des achats proviennent d’entreprises réunionnaises. Un pourcentage qui pourrait augmenter si certains produits nécessaires à ses références étaient fabriqués localement.

LA SÉCURITÉ AVANT TOUT

L’entreprise a récemment balisé la circulation des piétons sur l’ensemble de son site industriel avec l’installation de barrières de cheminement et une communication visuelle renforcée. Les modes de management ont aussi été revus, de sorte à encourager les comportements positifs en matière de sécurité. Avec ces différents axes de travail, le nombre d’accidents avec arrêt de travail a été divisé par trois. Et bien sûr, l’objectif demeure le zéro accident de manière pérenne. Outre la sécurité, il est aussi question de bien-être. Au sein des unités de production, par exemple, l’environnement de travail a été rafraîchi, les éclairages revus pour un meilleur confort visuel. Parmi les initiatives récentes prises pour améliorer l’ergonomie, on peut noter l’aménagement d’un poste de pliage des cartons à la limonaderie avec l’installation d’un tapis anti-fatigue et d’une table élévatrice. Enfin, les équipes des départements marketing et vente ont déménagé courant 2016 dans de nouveaux bureaux, modernes, lumineux et confortables.

CONSOMMATION D’EAU EN BAISSE

Les Brasseries de Bourbon sont un acteur de longue date de l’économie circulaire avec leur dispositif de récupération des bouteilles de bière. Quelque 40 millions de bouteilles sont collectées et réutilisées chaque année. Cela représente un taux de récupération de 59%, en légère baisse suite au changement des bouteilles en 2015, et ce sont neuf entreprises de collecte qui développent leur activité et près de 1 000 collecteurs qui bénéficient d’un complément de revenu. En 2017, les Brasseries de Bourbon souhaitent retrouver le taux de recyclage d’avant le changement de bouteilles, soit un taux de 70%. Et cela grâce au concours de tous les acteurs de la chaîne, du consommateur aux collectivités territoriales. Toujours sur le plan environnemental, la consommation d’eau et les émissions de CO2 ont fait l’objet de toutes les attentions. En travaillant sur chacun des maillons de la chaîne de production, la brasserie et la limonaderie ont diminué leur consommation en eau de 28% depuis 2008. Aujourd’hui, l’entreprise a besoin de seulement 2,8 litres d’eau pour produire un litre de boisson. La limonaderie, notamment, présente une consommation en eau particulièrement basse, qui distingue les Brasseries de Bourbon dans l’industrie agroalimentaire à l’échelle internationale.

LES BIENFAITS DU TOTAL PERFORMANCE MANAGEMENT

La maîtrise de la consommation en eau a été obtenue grâce à la convergence de plusieurs facteurs, notamment des investissements et le soutien par la méthodologie dite TPM (Total Performance Management). La ligne de production de boissons gazeuses, installée en 2012, a permis de nombreux progrès comme le rinçage des préformes à l’air et non plus à l’eau ou encore un meilleur rende ment qui a pour effet une réduction des énergies. Côté brasserie, l’analyse minutieuse des façons de faire, grâce au TPM, a permis de mieux contrôler l’évaporation de l’eau, d’améliorer le système de lavage des bouteilles, aujourd’hui plus productif et donc plus économe. De la même manière, investissements et méthodologie TPM ont permis de réduire de 26% les émissions de CO2 associées aux consommations énergétiques (électricité et fioul) de puis 2008. Les efforts pour réduire l’impact environnemental de l’entreprise concernent également la gestion des déchets sur site ainsi que la réduction à la source des emballages. Les changements récents sur les bouteilles en plastique l’illustrent bien : les bouchons des bois sons gazeuses ont vu leur taille diminuer et les bouteilles de viennent moins épaisses tout en restant résistantes. Enfin, la filiale de Heineken travaille avec Qualitropic (pôle de compétitivité spé cialisé en bioéconomie tropicale) sur un projet de valorisation de la levure de bière et cherche à optimiser la valorisation des drêches (coproduits issus du brassage) qui servent d’alimentation au bétail. 

MOINS DE SUCRE POUR LA SANTÉ
Outre leurs actions de sensibilisation à l’abus d’alcool dans le cadre de l’association « Avec Modération », les Brasseries de Bourbon ont réduit le taux de sucre dans leurs produits. Dans la recette de Splash, cet apport à été divisé par deux. Et plus de 83 000 euros de dons ont été versés en 2016 à des associations locales oeuvrant pour la santé et la solidarité.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Les Brasseries de Bourbon à fond dans le développement durable

« Préserver, améliorer et valoriser. » Ce triptyque se situe aujourd’hui au cœur de la « com » des Brasseries de Bourbon, filiale réunionnaise du géant Heineken, qui brassent la fameuse  « Dodo » et embouteillent Coca Cola. Avec ses 260 salariés, l’entreprise participe au maintien de plus de 2 000 emplois indirects à travers notamment la récupération des bouteilles de bière. ...