Performance

Afrique

Les envois de fonds de la diaspora ont grimpé de 9,6 % à 46 milliards de dollars en 2018

10 avr 2019 | PAR La rédaction
La diaspora africaine a envoyé, selon un rapport de la Banque mondiale, 46 milliards de dollars de fonds vers la région en 2018. - GIL
La diaspora africaine a envoyé, selon un rapport de la Banque mondiale, 46 milliards de dollars de fonds vers la région en 2018.

D’après l’institution, ce chiffre représente une hausse de 9,6 % par rapport à l’année 2017, qui a enregistré des envois de fonds pour un total de 42 milliards de dollars.
Cette hausse constante, depuis 2016, s’explique par la solidité des conditions économiques dans les pays à revenu élevés où travaillent de nombreux migrants issus de l’Afrique subsaharienne.
Les données de la Banque mondiale indiquent que c’est le Nigeria qui se place en tête du classement des pays de la sous-région ayant attiré le plus de fonds de la part de ses migrants.
Avec près de 24,3 milliards de dollars reçus d’après les chiffres officiels, le pays a monopolisé plus de la moitié des envois de fonds de la diaspora de l’Afrique subsaharienne. Il devance le Ghana (3,8 milliards $), le Kenya (2,7 milliards $), le Sénégal (2,2 milliards $) et le Zimbabwe qui complète ce top cinq avec 1,9 milliard $.
En termes de pourcentage des transferts de fonds de la diaspora par rapport au PIB, ce sont les Comores qui se classent premier avec un taux de 19,1 %, suivis de la Gambie (15,3 %), du Lesotho (14,7 %), du Cap-Vert (12,3 %) et du Liberia (12 %).

D’après la Banque mondiale, ces transferts de fonds devraient continuer à croître, atteignant 48 milliards de dollars cette année et 51 milliards de dollars en 2020.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

Les envois de fonds de la diaspora ont grimpé de 9,6 % à 46 milliards de dollars en 2018

D’après l’institution, ce chiffre représente une hausse de 9,6 % par rapport à l’année 2017, qui a enregistré des envois de fonds pour un total de 42 milliards de dollars. Cette hausse constante, depuis 2016, s’explique par la solidité des conditions économiques dans les pays à revenu élevés où travaillent de nombreux migrants issus de l’Afrique subsaharienne. Les données de ...