Performance

Madagascar

Les industriels souffrent des importations sauvages

10 oct 2016 | PAR
L’industrie malgache subit la concurrence de produits qui ne sont pas aux normes, mais envahissent le marché local sans aucun contrôle. (Photo Fabrice Delannoy).
Les industriels malgaches tirent la sonnette d’alarme et demandent à l’État de mieux les protéger des importations de produits qui ne respectent pas les normes et échappent parfois aux taxes.

Tous ensemble, le SIM (Syndicat des industries de Madagascar), le GEM (Groupement des entreprises de Madagascar) et le FIV.MPA.MA (Groupement du patronat malgache) dénoncent la concurrence déloyale qui caractérise actuellement le marché malgache. Les acteurs du secteur estiment ne pas être assez protégés par l’État notamment contre les produits importés sans aucun contrôle.  

Christian Rajaosafara est un industriel connu dans la fabrication de produits nettoyants. Il propose notamment sur le marché local une marque de lessive qui remporte un certain succès, mais il se dit pénalisé par l’arrivée en masse de lessives douteuses en provenance de l’étranger. D’après lui, la plupart de ces produits ne respectent aucune norme et constituent même un danger pour l’environnement.  Il va même plus loin en affirmant que certains produits sont interdits dans plusieurs pays et que Madagascar est devenue pour eux un débouché de fortune. Ce qui expliquerait qu’ils se vendent moins cher sur le marché, causant du tort à l’industrie locale. L’entreprise de Christian Rajaosafara n’est pas la seule à souffrir de cette situation. Les Moulins de Madagascar (LMM), censés être le fleuron de la production de farine dans la Grande île, peinent actuellement à survivre. Cette industrie subit en effet l’importation sauvage de farine qui continue d’alimenter le marché. LMM fait pourtant partie de ces entreprises au modèle inclusif qui apportent une forte valeur ajoutée à l’économie.    
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Les industriels souffrent des importations sauvages

Tous ensemble, le SIM (Syndicat des industries de Madagascar), le GEM (Groupement des entreprises de Madagascar) et le FIV.MPA.MA (Groupement du patronat malgache) dénoncent la concurrence déloyale qui caractérise actuellement le marché malgache. Les acteurs du secteur estiment ne pas être assez protégés par l’État notamment contre les produits importés sans aucun contrôle.   Christi...