Green

Madagascar

L’herbe géante de Chine nourrit tous les espoirs

L’herbe Juncao a un taux de croissance rapide et un rendement pouvant atteindre les 500 tonnes à l’hectare.

L’herbe Juncao (Pennisetum giganteum) - fusion des termes chinois jun (champignon) et cao (herbe) - est utilisée depuis une quarantaine d’années en Chine pour améliorer l’alimentation du bétail et diminuer les rations de provende. Elle a été introduite à Madagascar en 2018 sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, grâce à un partenariat avec le Centre de développement rural et de recherche appliquée (Fifamanor) d’Ansirabe et la société chinoise MTIJC. Elle est depuis cultivée sur près de 30 hectares, sur de nombreuses terres situées dans les régions Vakinankaratra au centre et Menabe au sud-ouest, avec des résultats très encourageants. 
Haute de cinq mètres, la plante permet en effet des rendements moyens de 150 à 200 tonnes à l’hectare, 500 tonnes dans certains cas. Avec un hectare planté, on peut nourrir et élever 40 à 50 têtes de bovidés ou près de 500 moutons. 

 

Le professeur Lin Zhanxi (au milieu), professeur à l'Université d'agriculture et des forêts du Fujian, a inventé la technologie Juncao dans les années 1980.
Le professeur Lin Zhanxi (au milieu), professeur à l'Université d'agriculture et des forêts du Fujian, a inventé la technologie Juncao dans les années 1980.
 

Résistante à tout type de climat 

Elle est donc efficace pour faire face à l’insuffisance de fourrage pendant la saison sèche. C’est également une solution d’engraissement rapide grâce à sa teneur en protéines brutes de 8 % à 16 %. Dans le cadre de l’alimentation animale, on peut également la transformer en fourrage sous forme d’ensilage ou de granulés. En 2019, des balles d’ensilage ont été distribuées aux éleveurs qui voulaient tenter l’expérience. « Son potentiel est encore plus important car elle peut atteindre huit mètres de hauteur. Et une fois l’herbe plantée, elle peut être récoltée régulièrement pendant 40 à 50 ans », s’enthousiasme Willy Rakotomalala, le directeur du Fifamanor. Dans la région Vakinankaratra, le centre travaille avec 103 éleveurs pour observer l’amélioration en qualité et en quantité du lait produit par des vaches nourries à cette plante. 
« En 2018, la production du lait a enregistré 13 millions de litres, et nous allons l'augmenter avec l'utilisation de l'herbe Juncao », explique Mitia Rakotoarison, directrice de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche dans le Vakinankaratra, principale région productrice de lait à Madagascar. 
La culture est possible dans toutes les régions du pays puisque la Juncao est une plante fourragère résistante qui peut se développer tout au long de l’année et s’adapter à tout type de climat. À part Antsirabe, la Direction de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche du ministère de tutelle a déjà lancé un centre de plantation à Morondava dans le sud-ouest du pays, dont le climat est très chaud. Mais la plante a encore bien d’autres ressources si l’on s’en réfère à la « technologie Juncao », mise au point par le scientifique chinois Lin Zhanxi. Elle permet notamment de faire pousser des champignons en une semaine, de produire du biogaz avec ses feuilles ou encore d'obtenir du bois dur à partir de sa tige.
« La technologie Juncao accélère les progrès de Madagascar dans le cadre du Programme de développement durable à l'horizon de 2030, dont l'élimination de la pauvreté dans le monde est le premier objectif », a confié Tilahy Désiré, secrétaire général du ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et de la Pêche, lors d’un atelier organisé en janvier dernier pour la promotion de la Juncao. Cette technologie a été répertoriée comme un projet clé du Fonds Chine-Nations unies pour la paix et le développement en 2017, et a déjà formé près de 7 000 personnes dans 105 pays.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

L’herbe géante de Chine nourrit tous les espoirs

L’herbe Juncao (Pennisetum giganteum) - fusion des termes chinois jun (champignon) et cao (herbe) - est utilisée depuis une quarantaine d’années en Chine pour améliorer l’alimentation du bétail et diminuer les rations de provende. Elle a été introduite à Madagascar en 2018 sous la tutelle du ministère de l’Agriculture, de l’Élevage et de la Pêche, grâce à un parten...