Green

Monde

L’imagination au pouvoir ?

1 juin 2018 | PAR Bernard Alvin | N°330
DR
Si on parcourt les offres d’emploi de managers, on ne voit pas que l’imagination soit beaucoup au pouvoir ! N’est-il pas étrange que tout le monde s’accorde à dire que l’imagination est primordiale pour gérer et anticiper le changement alors qu’on ne fait jamais référence à elle dès qu’il s’agit de recruter ?

Il y a peu, mon œil s’est arrêté sur un schéma qui est utilisé en pédagogie en matière de comportement : l’échelle des comportements, précisément. On peut utiliser cet outil sous diverses formes et les consultants-formateurs ne s’en privent pas, moi non plus ! Ce qui m’interpelle dans cette échelle, c’est le fait qu’elle oppose deux verbes : imaginer qui signifie se représenter des choses dans l’esprit, et ignorer, qui signifie ne pas tenir compte de l’expérience. Intéressant, car cela pourrait vouloir dire qu’on imagine d’autant mieux qu’on intègre l’expérience de soi et des autres. Ainsi, contrairement à l’adage, on ne crée pas ex nihilo mais en vertu des expériences créatives des autres. Par exemple, comment se fait-il que chaque nouvelle génération invente ses nouvelles technologies, ses langages, ses modes vestimentaires, alors qu’intuitive ment elle s’imprègne de la création des aînés pour créer son futur. In fine, on fait toujours du « neuf » avec du « vieux ». La création a pour socle le « déjà créé » et l’interaction des créations génère des créations : les adeptes du brainstorming s’y reconnaîtront !

Enjeux de fond

Si cette échelle des comportements qui met tant en avant l’imagination est très utilisée par les consultants, c’est sans doute parce qu’elle répond à des enjeux actuels de fond. En effet, la création est jugée comme un élément de plus en plus crucial pour les entreprises d’aujourd’hui. Mais si le changement est partout, la créativité devrait être partout également, en réponse aux exigences du changement !Est-ce que la valeur imagination est pour autant considérée comme première ou prioritaire chez les managers ? Quelques observations. Un site de recrutement de managers bien connu propose cinq points cruciaux à mettre en avant dans son CV pour montrer qu’on est bon manager : 

  1. Montrer qu’on est charismatique, donc séduisant sur la forme.
  2. Avoir le sens des résultats, par exemple en indiquant le nombre de « talents » recrutés, donc la propension à accueillir des nouveaux talents en interne.
  3. Proposer des références… donc chercher à rassurer.
  4. Évoquer certaines formations, notamment les MOOC (mot à la mode pour Massive open online courses, cours en ligne ouverts et massifs (Clom) en français.
  5. Évoquer des centres d’intérêt comme la cuisine. Tout cela est très bien, mais notons qu’il n’y a absolument rien sur l’imagination !

Cerveau droit, cerveau gauche

Si on parcourt les offres d’emploi de managers, on ne trouve pas non plus de place importante accordée à l’imagination de nos futurs patrons ! Où est le bug ? En fait, comme l’imagination fait directement référence à notre inconscient, donc à la partie irrationnelle de notre esprit, on a beau être en 2018, mais cette partie-là reste toujours le parent pauvre de notre civilisation occidentale et capitaliste. En clair, l’homo economicus reste enchaîné et prisonnier de son cerveau gauche. 
Heureuses les personnes qui parviennent à s’en délivrer, elles ne sont pas nombreuses, mais ce sont elles qui réussissent le plus !(Apple, H&M, Google, Twitter, etc.) Assurément, les consultants et formateurs en management ont encore de beaux jours devant eux pour convertir nos managers en chantres de l’imagination humaine !

(*) Bernard Alvin 

Il est à la tête de son propre cabinet, Bernard Alvin Conseil, fondé en 1995 et spécialisé dans l’accompagnement des hommes dans le domaine du développement des potentiels. Bernard Alvin a « coaché » ses premiers cadres et dirigeants dès 1991, faisant figure de pionnier avant que n’arrive la mode du coaching. Cherchant à aller plus loin, il fera émerger le concept de « management vocationnel » à partir de 2005. Il a pratiqué son métier en France métropolitaine, dans les DOM-TOM et dans plusieurs pays dans le monde, dont le Brésil. Il intervient en effet en français, en anglais et en portugais. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

L’imagination au pouvoir ?

Il y a peu, mon œil s’est arrêté sur un schéma qui est utilisé en pédagogie en matière de comportement : l’échelle des comportements, précisément. On peut utiliser cet outil sous diverses formes et les consultants-formateurs ne s’en privent pas, moi non plus ! Ce qui m’interpelle dans cette échelle, c’est le fait qu’elle oppose deux verbes : imaginer qui signifie se représ...