ID

Maurice

'Living Legends - sir Anerood Jugnauth' : les marches du pouvoir

19 nov 2013 | PAR La rédaction
De gauche à droite, trois ex-chefs d'État mauriciens, Karl Offmann, Sir Anerood Jugnauth (SAJ) et Cassam Uteem présentant l'ouvrage 'Living Legends - Sir Anerood Jugnauth'. - Davidsen Arnachellum
« Le pouvoir ne se partage pas ! »*, cette célèbre citation de l'ancien président français, Jacques Chirac, résume bien le parcours de l'animal politique qu'est sir Anerood Jugnauth. Ibrahim Alladin nous brosse le portrait d'un homme, qui a non seulement traversé l'histoire de son pays, mais qui a surtout forcé le destin de son île pour en faire un véritable miracle économique.

 *Colombani (JM) et Lhomeau (Y), Le Mariage blanc, Grasset, 1986, 234 p., Paris

À travers des documents méconnus et des photographies inédites et originales, l'auteur Ibrahim Alladin raconte la vie et le parcours de sir Anerood Jugnauth, plus connu comme SAJ.
Publié en anglais chez Osman publishing, cet ouvrage de 150 pages est préfacé par Karl Offman, un ancien président de la République de Maurice. Ce livre ouvre une nouvelle collection intitulée « Living Legends  ». « Il n'était pas difficile pour nous de choisir notre première légende vivante car sir Anerood est le seul à avoir été successivement ministre, Premier ministre à cinq reprises et président de la République durant deux mandats  », indique l’éditeur Shafick Osman.
Quant à l’auteur, Ibrahim Alladin, il explique que c'est la lecture, en mars 2012, d'un article du New York Times intitulé « Mauritius : the glittering new gateway to Africa and Asia », qui l’a poussé à se ré-intéresser à la genèse du succès économique de Maurice. Pour cela, il se devait d'évoquer celui que l'on présente comme son architecte  : SAJ.
Et ce d’autant qu'au même moment, le vieux lion venait de démissionner de la présidence de la République pour retourner, à 82 ans, dans l’arène politique pour y entamer, sans doute, son dernier combat.

Ibrahim Alladin illumine ce personnage, plus complexe qu'il n'y paraît, sous des éclairages souvent inattendus, où tendresse et violence sont profondément imbriquées. Un personnage double, habité par l'ambition, à la fois homme de lumière, carré, simple, chaleureux, fan de football britannique et un homme de l'ombre passionné par la spiritualité, dur, secret, imprévisible et paradoxalement calculateur qui ne s'embarrasse pas de sentiments pour obtenir ce qu'il veut. La facétieuse presse mauricienne le surnommera d'ailleurs de façon élégante Rambo. 
En un mot  : une bête politique dont même ses pires ennemis saluent le rôle dans le décollage économique de Maurice.
Dans un style vivant, Ibrahim Alladin évoque sa jeunesse et ses débuts en politique, depuis son élection à l'Assemblée qui n'est pas encore nationale mais législative, en octobre 1963, comme député de Rivière-du-Rempart. Il bat pour cela un pilier du parti Travailliste, en faisant mentir tous les pronostics, et remporte son siège avec 55 % des voix. Il n'a pas trente cinq ans lorsqu'il accède aux plus hautes charges de l'État en devenant, en 1965, ministre du Développement dans le gouvernement de Seewoosagur Ramgoolam. Cette même année, le jeune  Anerood Jugnauth  participe à la conférence constitutionnelle à Londres. Cette conférence est fondamentale car elle va conduire à l’indépendance de Maurice mais dont le prix à payer a été, selon de nombreux historiens, l’excision des Chagos de son territoire...  
Sont également évoquées, d'autres dates capitales de l'île comme les élections de 1982 où le parti du père de la Nation, Seewoosagur Ramgoolam, est balayé (le fameux 60/0 soit 60 députés pour le nouveau pouvoir contre aucun pour le parti sortant). La cassure d’avec le MMM (Mouvement militant mauricien) qui suivra, en 1983, et la création du MSM (Mouvement socialiste militant) qui deviendra la véritable machine de guerre au service de SAJ. Karl Offman estime d'ailleurs que la cassure de l'alliance MMM-PSM a poussé Anerood Jugnauth à «  assoir son leadership et à révéler toute sa personnalité. Ce fût un mal pour un bien (…) car sans cassure il n'y aurait pas eu développement économique ».
Ainsi en décidant de la création de la zone franche, en faisant venir des investisseurs asiatiques, en particulier hongkongais effrayés par la rétrocession à la Chine communiste, en assurant l’essor de du tourisme et de l’hôtellerie, SAJ assure le plein emploi dans l'île et en fait un modèle salué internationalement.

Maurice écrit alors un nouveau chapitre de son histoire économique...



L'ouvrage de Sir Anerood Jugnauth, publié par Osman Publishing, est en vente à 850 roupies (20 euros). 

La destinée de SAJ a déjà fait l'objet d'ouvrage. - Davidsen Arnachellum
 

La destinée de SAJ a déjà fait l'objet d'ouvrage. - Davidsen Arnachellum

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

'Living Legends - sir Anerood Jugnauth' : les marches du pouvoir

À travers des documents méconnus et des photographies inédites et originales, l'auteur Ibrahim Alladin raconte la vie et le parcours de sir Anerood Jugnauth, plus connu comme SAJ. Publié en anglais chez Osman publishing, cet ouvrage de 150 pages est préfacé par Karl Offman, un ancien président de la République de Maurice. Ce livre ouvre une nouvelle collection intitulée « Living Legends...