Performance

Réunion

L’offre à 360° de Optimark Ocean Indien en marketing opérationnel

L’entreprise génère 250 à 300 contrats d’intervenants à durée déterminée (CIDD) par mois et emploie huit permanents : chefs de projets, chefs de vente, formateur, logisticien et responsable administratif. Philippe Stephant
En organisant la professionnalisation d’une force de vente supplétive, cette filiale du numéro deux français du marketing opérationnel connaît une croissance à deux chiffres depuis son implantation à La Réunion en 2009.


« Grâce à deux premiers contrats avec des marques nationales, nous avons entamé un fort développement et déployé le panel des huit métiers que nous maîtrisons. Nous disposons aujourd’hui d’un vivier de 200 intervenants en animation commerciale, de 50 merchandiseurs et de 120 commerciaux », indique Nathanaël Juricic, directeur d’Optimark Océan Indien. L’entreprise génère 250 à 300 contrats d’intervenants à durée déterminée (CIDD) par mois et emploie huit permanents : chefs de projets, chefs de vente, formateur, logisticien et responsable administratif. Optimark a réalisé 4 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2015, détenant 40% du marché de l’animation commerciale et vise 25% de croissance en 2016. Sa force de vente intervient pour des actions de terrain ou en sédentaire dans les points de vente de réseaux de marques. Les autres métiers concernent le merchandising, l’animation commerciale, la formation, un cabinet d’intérim intégré, l’événementiel, le centre d’appels, l’audit de points de vente et le « trade marketing » (actions destinées à maximiser les relations et les négociations entre un producteur et un distributeur - Ndlr). « Hier, les entreprises prenaient tout en charge. Aujourd’hui, une structure doit concentrer tous ses moyens sur ses savoir-faire pour être plus forte et plus puissante dans ses domaines de compétences », analyse Alain Martin, Pdg d’Optimark. 

UNE FORTE DEMANDE DEPUIS DEUX ANS

Implantée à Paris depuis 2008, à Aix-en-Provence et à La Réunion, Optimark a réalisé 38% de croissance en 2014, atteignant un chiffre d’affaires de 39 millions d’euros avec un objectif de 50 millions d’euros pour 2016. Disposant de 25 équipes de vente, la société emploie 552 salariés dont 130 permanents. « Hier, nous étions des sous-traitants de nos clients, aujourd’hui nous sommes devenus une force de proposition et des créateurs de valeur », commente Alain Martin. Ambassadeur des marques, après une carrière au service de grands groupes, il a créé les services dont il aurait voulu pouvoir bénéficier sans les trouver sur le marché. « La Réunion est un peu en décalage, mais depuis deux ans, nous enregistrons une forte demande sur les solutions d’externalisation, témoigne Nathanaël Juricic. La formule est aussi dans l’air du temps pour les salariés. Optimark aide au retour à l’emploi et de nombreux intervenants intègrent des sociétés clientes, au bénéfice de la formation et de l’expérience professionnelle. Cela représente aussi un travail d’appoint pour des mères de famille, par exemple, dans le strict respect de la législation et de la sécurité au travail. « Nous assurons de plus en plus de partenariats à l’année, confie Nathanaël Juricic. Nos chefs de projets se forment à la culture de l’entreprise cliente et nous opérons une dizaine de semaines d’ani-mation par an. » Optimark Océan Indien envisage d’étendre ses activités à Madagascar et à Maurice à partir d’un hub réunionnais. Sans oublier les Antilles et la Guyane car des marques internationales s’intéressent à une prestation d’externalisation pour l’ensemble de l’Outre-mer.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

L’offre à 360° de Optimark Ocean Indien en marketing opérationnel

 « Grâce à deux premiers contrats avec des marques nationales, nous avons entamé un fort développement et déployé le panel des huit métiers que nous maîtrisons. Nous disposons aujourd’hui d’un vivier de 200 intervenants en animation commerciale, de 50 merchandiseurs et de 120 commerciaux », indique Nathanaël Juricic, directeur d’Optimark Océan Indien. L’entreprise génère 2...