Performance

Réunion/Mayotte

L'UE soutient la pêche artisanale

4 mai 2017 | PAR Jacques Rombi
Flotille de pêche à Labattoir (Mayotte)
Face aux « caractéristiques et contraintes particulières » des régions ultrapériphériques (RUP), le Traité de l’Union européenne reconnait dans son article 349 que des « mesures spécifiques » doivent y être mises en œuvre, notamment « dans les domaines de l'agriculture et de la pêche ».

Dans les RUP françaises, près de la moitié de la population a moins de 30 ans et un jeune sur deux est au chômage, ce qui alimente le sentiment d’abandon.
Voté jeudi 27 avril par le Parlement européen, le rapport sur la gestion des flottes de pêche dans les RUP préconise la mise en place d’une politique adaptée pour ces territoires. Les députés européens français Younous Omarjee (GUE/NGL), Isabelle Thomas (S&D), Louis- Joseph Manscour (S&D) et Maurice Ponga (PPE) saluent cette avancée et le vote qu’ils ont gagné en plénière pour le renouvellement des flottes artisanales des RUP. Avec la Guadeloupe, Mayotte, La Réunion, la Guyane, la Martinique, Saint-Martin, Les Açores, Madère et les Îles Canaries, l’Union européenne compte 9 régions dites «ultrapériphériques» (RUP). Bien que très éloignées, ces régions ultramarines n’en sont pas moins des territoires européens à part entière, regroupant 4,5 millions d’habitants.
En application du Traité, le rapport reconnait également la nécessité de soutenir le remplacement des navires de pêche vétustes par des navires neufs, au nom de la sécurité des pêcheurs artisanaux et de la pérennité de leur activité, sans remise en cause des plafonds de pêche autorisés pour que la ressource reste préservée. Il s’agit aussi de leur permettre de s’éloigner du rivage.
Pour Maurice Ponga : « Le Parlement européen a aujourd’hui exprimé à une très large majorité son soutien aux pêcheurs ultra-marins, et j’en suis heureux. Nos demandes sont précises et concrètes. Nous voulons une politique de la pêche adaptée à nos réalités et qui contribuent au développement durable de nos territoires.  Cela passe notamment par la création d’un instrument spécifique pour la pêche inspiré du POSEI en matière agricole ou encore par le soutien public, européen ou national, pour le renouvellement et la modernisation des flottes artisanales et traditionnelles des RUP. Le Parlement européen a envoyé un message politique clair à la Commission européenne : il faut le traduire maintenant dans des actions concrètes. »
En effet, si le vote du ¨Parlement va dans le bon sens, aucune donnée chiffrée n'est encore communiquée. A suivre.
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion/Mayotte

L'UE soutient la pêche artisanale

 Dans les RUP françaises, près de la moitié de la population a moins de 30 ans et un jeune sur deux est au chômage, ce qui alimente le sentiment d’abandon. Voté jeudi 27 avril par le Parlement européen, le rapport sur la gestion des flottes de pêche dans les RUP préconise la mise en place d’une politique adaptée pour ces territoires. Les députés européens français...