Green

Madagascar

L’Union européenne veut stimuler les investissements privés dans les énergies renouvelables

L’électrification est un enjeu majeur pour la Grande île qui, pour cela, se tourne vers les énergies renouvelables avec le soutien de bailleurs de fonds. Stocklib/Chakrapong Worathat
Afin de favoriser l’accès du monde rural malgache à l’électricité, l’Europe apporte son concours aux opérateurs et institutions privés à travers sa nouvelle initiative de financement « Electrifi ».


Le manque d’accès aux capitaux constitue l’un des principaux obstacles aux investissements en matière d’énergie dans les pays en développement. Cette situation est aggravée par la réticence des banques commerciales à fournir des conditions de prêt adéquates et par les limites actuelles de la capacité en matière de structuration et de finalisation du financement des projets. Afin d’y remédier, la Commission européenne et les quinze institutions financières européennes de développement ont pris l’initiative conjointe de mettre sur pied un programme de financement des énergies renouvelables. Baptisé « Electrifi », il s’agit d’une offre de capital-risque permettant de mobiliser, d’accélérer et de stimuler les investissements privés. Et par effet d’entraînement, le programme vise surtout à améliorer l’accès du monde rural à l’énergie abordable et fiable. L’initiative cherche à soutenir les projets accordant une attention particulière aux populations des zones mal desservies ou dont l’alimentation en électricité se révèle peu fiable. Electrifi est ainsi ouvert aux porteurs de projets locaux et étrangers désirant opérer dans la Grande île. En effet, avec un taux d’électrification plafonnant à 15%, Madagascar fait partie des pays bénéficiaires. « L’élaboration de ce nouvel instrument s’est basée sur les expériences du volet « Facilité énergie » du Fonds européen de développement (FED) », souligne Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’Union européenne.
 

Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar : « L’élaboration d’Electrifi s’est basée sur les expériences du volet « Facilité énergie» du Fonds européen de développement (FED). » - DR
Antonio Sanchez-Benedito, ambassadeur de l’Union européenne à Madagascar : « L’élaboration d’Electrifi s’est basée sur les expériences du volet « Facilité énergie» du Fonds européen de développement (FED). » - DR
 

UNE ENVELOPPE DE 115 MILLIONS D’EUROS POUR DU CAPITAL-RISQUE OU DES PRÊTS

Une enveloppe globale de 115 millions d’euros devrait permettre de soutenir les projets privés en s’adaptant à chacun d’eux. Il pourra s’agir d’une prise de participation, d’une dette subordonnée ou encore d’une dette à long terme. Concrètement, le programme soutient les projets ayant une taille minimale de 500 000 euros et un capital propre de l’ordre de 50% au début du projet ou pendant la phase pilote. Cela est requis pour fournir une plateforme dans laquelle Electrifi puisse investir un montant significatif de financement. En effet, le montant maximal de toute solution de financement fournie par l’initiative européenne peut atteindre 5 millions d’euros sur une durée maximale de sept ans. Par ailleurs, le mécanisme agit comme un fonds ouvert à d’autres participations. Electrifi pourra assumer un risque élevé, mais cherchera toutefois à s’aligner sur d’autres investisseurs. Outre l’apport d’un financement flexible, l’initiative pourra également procurer des conseils en matière de structuration et/ou assurer le financement de services externes de consultance spécialisés. Electrifi dispose ainsi d’atouts pour attirer les opérateurs privés dans les énergies renouvelables. D’ailleurs, suite à un premier appel à propositions d’investissement, l’initiative examine actuellement 19 projets innovants et prometteurs sur 290 propositions reçues. Un deuxième appel devrait être lancé prochainement. 

JOVENNA VA INVESTIR 465 MILLIONS D’EUROS DANS UNE CENTRALE HYDROÉLECTRIQUE
Opérant dans la distribution pétrolière, la filiale du groupe Axian de l’homme d’affaires malgache Hassanein Hiridjee s’est récemment diversifiée dans la production d’électricité. Dans le cadre du programme de renforcement énergétique de la compagnie nationale d’eau et d’électricité, Jovenna a procédé à la mise en place d’une centrale thermique de 48 mégawatts dans la capitale en mai dernier. Elle vient également d’être retenue, parmi neuf entreprises sélectionnées, pour le projet hydroélectrique de Volobe amont, au nord-ouest de Tamatave. L’entreprise investira près de 465 millions d’euros dans une nouvelle centrale de 90 mégawatts. Il s’agit d’édifier un barrage, qui viendra en complément de l’ancienne centrale de 1926 alimentant la ville portuaire, et une ligne de transport entre le site de Volobe et le réseau interconnecté de Tananarive. En effet, l’un des objectifs du projet est de résoudre les problèmes d’alimentation en énergie électrique de la capitale malgache. D’ailleurs, le ministère de tutelle a préalablement précisé que les soumissionnaires devaient intégrer le développement des lignes de transport d’énergie ainsi que les réseaux de distribution des agglomérations desservies. Jovenna sera ainsi chargée de concevoir, construire, financer, aménager et exploiter le site et toute autre ligne électrique de raccordement, connexion et distribution. Dans ce cadre, Hassanein Hiridjee a expliqué, lors de la conférence des bailleurs et investisseurs à Paris, que le projet sera mis en œuvre en partenariat avec le groupe Colas, filiale du groupe français Bouygues. Au vu de l’avancée du projet, la mise en service peut être envisagée d’ici à quatre ans.
LES AMBITIONS DU GROUPE CASINO DANS L’ÉNERGIE SOLAIRE
Green Yellow, filiale du groupe de grande distribution Casino, devrait devenir un opérateur d’envergure dans les énergies renouvelables à Madagascar. La première pierre de la centrale photovoltaïque d’Am-batolampy (sud-est de la province de Tananarive) vient d’être posée par le président de la République, Hery Rajaonarimampianina, en pré-sence du directeur général de Green Yellow, Otmane Hajji. Une centrale qui comprendra 74 000 panneaux photovoltaïques répartis sur 120 000 mètres carrés, permettant une capacité de 20 MW qui seront injectés au réseau interconnecté d’Antsirabe. Pour le président malgache, ce projet s’inscrit pleinement dans le cadre de la diversification du mix énergétique du pays. Le but est d’exploiter les énormes ressources hydrauliques et solaires de la Grande île alors que l’électricité est actuellement d’origine thermique à 70% et affiche un coût de production de 936 ariary (environ 27 centimes d’euro) le KWh. En comparaison, l’électricité produite par la centrale d’Ambatolampy sera vendue à la Jirama (société publique) aux alentours de 12 centimes d’euro le KWh. Green Yellow, à La Réunion, a déjà installé des panneaux photovoltaïques sur les centres commerciaux Jumbo et devrait le faire à Madagascar en 2017. Mais la filiale de Casino se po-sitionne comme un opérateur à part entière sur le marché, spécialisé dans la production d’énergie solaire et dans l’efficacité énergétique en proposant des « Smart Energy Solutions ». Elle se rémunère sur les économies qu’elle fait réaliser à ses clients à travers des contrats de cinq à huit ans. 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

L’Union européenne veut stimuler les investissements privés dans les énergies renouvelables

 Le manque d’accès aux capitaux constitue l’un des principaux obstacles aux investissements en matière d’énergie dans les pays en développement. Cette situation est aggravée par la réticence des banques commerciales à fournir des conditions de prêt adéquates et par les limites actuelles de la capacité en matière de structuration et de finalisation du financement des projets. Af...