Hot

Madagascar

Madagascar : La France a fait campagne pour Hery Rajaonarimampianina

3 fév 2014 | PAR La rédaction
La France a fait campagne pour Hery Rajaonarimampianina entre les deux tours de l’élection présidentielle. - PNUD Madagascar
Il n’y avait pas photo pour l’ancien colonisateur de la Grande île même si « son » candidat s’était permis de revendiquer la souveraineté malgache sur quatre des cinq îles Éparses.
La France n’avait rien de bon à attendre du retour de Marc Ravalomanana dans le cas d’une victoire de Jean-Louis Robinson.
L’ancien président lui reproche en effet de ne l’avoir pas reconnu facilement, au contraire des Américains, lorsqu’il était en litige avec Didier Ratsiraka en 2002. Marc Ravalomana, qui s’est même permis d’inscrire l’anglais comme autre langue officielle à Madagascar, n’a jamais été considéré comme très francophile. À la tête de son groupe Tiko, déjà, il cherchait plutôt des appuis du côté de la Scandinavie par le biais de réseaux protestants. On ne s’étonnera donc pas de l’engagement, à peine voilé, de la France en faveur de Hery Rajaonarimampianina entre les deux tours de l’élection présidentielle. Une fois le résultat connu, il fallait accélérer la reconnaissance internationale du candidat élu. Les cérémonies de passation des pouvoirs et d’investiture du premier président de la IVe République ont ainsi été avancées aux 24 et 25 janvier afin de lui permettre d’assister officiellement au sommet de l’Union africaine les 30 et 31 janvier, à Addis-Abeba.

En conclusion, on peut en déduire que ce dernier oubliera quelque peu ses revendications sur quatre des cinq îles Éparses restées dans le giron français au moment de l’indépendance : Bassas da India, Europa, les îles Glorieuses et Juan de Nova, situées dans le canal du Mozambique.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Madagascar : La France a fait campagne pour Hery Rajaonarimampianina

La France n’avait rien de bon à attendre du retour de Marc Ravalomanana dans le cas d’une victoire de Jean-Louis Robinson. L’ancien président lui reproche en effet de ne l’avoir pas reconnu facilement, au contraire des Américains, lorsqu’il était en litige avec Didier Ratsiraka en 2002. Marc Ravalomana, qui s’est même permis d’inscrire l’anglais comme autre langue officielle ...