Happy Few

Réunion

MERCEDES-BENZ EQA UNE « PETITE » ÉTOILE SYMPATHIQUE !

27 mai 2022 | PAR Jérôme Ferrère | N°368
« Petit » n’est pas le bon mot. L’EQA est taillée pour les familles avec un coffre de belle contenance, une banquette arrière rabattable en trois parties. Idéal pour partir en week-end avec femme et enfants. Photos : Jérôme Ferrère
Mercedes propose depuis quelques mois aux clients de La Réunion, la version 100 % électrique dérivée de son SUV compact GLA sous le nom de code : EQA. Face à une concurrence plutôt limitée sur le segment premium, l’EQA se positionne comme un acteur majeur sur le marché des SUV compacts électriques.

La Mercedes EQA est la version électrique du GLA. Tout comme l’EQC dérive du GLC (voir essai dans l’Éco Austral n°360) et le futur EQB du GLB à sept places. Si, à l’extérieur, la différence peut sembler infime entre GLA et EQA, la version électrique affiche tout de même quelques spécificités qui s’opèrent sur les faces avant et arrière. La calandre noir brillant pleine (black panel) reçoit deux barrettes chromées sur notre version d’essai finition EQA 250 AMG Line.

Intérieur typiquement Mercedes !

En allumant les feux, on remarque une signature lumineuse redessinée, et les optiques reliées par un bandeau lumineux à LED. Le bouclier est plus agressif et imite aux extrémités la présence de diffuseurs. À l’arrière, un bandeau rouge effilé traverse tout le hayon et relie les feux, tandis que la plaque d'immatriculation descend en partie basse sur le parechocs Ce dernier qui a subi des petites retouches, allonge l’EQA de 5 cm (4,46 m) par rapport au GLA. 
En découvrant l’habitacle, on constate que l’intérieur est fortement inspiré de la tendance actuelle chez le constructeur : on est bien dans une Mercedes ! L’EQA respire la technologie et cette ambiance premium est inédite dans le segment des voitures électriques : des plastiques d’excellente facture aux ajustements parfaits, de l’Alcantara sur les contre-portes, des pointes d’aluminium et du cuir à surpiqûres rouge, sans parler de l’éclairage d’ambiance personnalisable. Le système multimédia, bien évidemment, intègre les particularités qui vont de pair avec les besoins de la voiture électrique (consommation-récupération d’énergie, niveau de recharge, etc.) 
L’espace à bord est conforme aux moyennes du segment, même pour les places de derrière. Le seul petit bémol est le volume du coffre qui se voit s’octroyer 95 litres (partie basse occupée par des composants liés à l’électrification) pour n’offrir que 340 litres, face au frère thermique GLA qui lui offre un beau 435 litres.

Une esthétique soignée, confortable avec des touches de sportivité.
Une esthétique soignée, confortable avec des touches de sportivité.
 

Équipements et tarifications

L’EQA repose sur une offre simple avec deux choix concernant la motorisation, à savoir notre modèle d’essai l’EQA 250, qui développe une puissance de 190ch disponible suivant trois finitions : Progressive Line, Business Line et AMG Line, et l’EQA 350 4Matic, une version en quatre roues motrices de 292ch uniquement disponible en AMG LINE. Ces deux modèles disposent de la même capacité de batterie affichant 66,5 kWh. 
De série, l’EQA dispose d’un équipement riche dont le système multimédia MBUX et Hey Mercedes ainsi que d’autre éléments concernant la sécurité : des projecteurs à LED, le hayon Easy-Pack ou l’aide au stationnement intégrant une caméra de recul HD. La liste est encore bien longue, et à cela viennent s’ajouter des packs : 
• Pack Premium (sièges chauffants, keyless-go (verrouillage et déverrouillage des portes sans utiliser de clés), sono advanced 225W 9HP +avec caisson, etc.) ;
• Premium Plus (affichage tête haute, toit ouvrant, caméra panoramique, etc.) ;
• Pack d’assistance à la conduite (conduite semi-autonome et tout ce qui va avec) ;
• Pack de protection antivol Urban Guard (alarme, antisoulèvement, volumétrique, localisation véhicule volé, etc.) ;
• Pack Sport Black sur l’AMG Line (éléments de carrosserie spécifiques).
Le tarif de l’EQA démarre à partir de 61 200 euros pour l’EQA 250 et notre modèle d’essai, doté de la peinture métallisée (900 euros) et du Pack Premium (1 600 euros) s’affiche à 63 700 euros. L’EQA 350 4Matic lui s’affiche à partir de 72 500 euros.

Mercedes est fidèle à son image. Le tableau de bord, la console sont d’un design très élaboré, les matériaux sont de très bonne qualité, le cuir se combine au velours, très classe.
Mercedes est fidèle à son image. Le tableau de bord, la console sont d’un design très élaboré, les matériaux sont de très bonne qualité, le cuir se combine au velours, très classe.
 

Essai routier : confort et performance

Derrière le volant de la Mercedes- Benz EQA, notre premier ressenti est celui d’une conduite agréable. Cette sensation est bien évidemment provoquée par l’absence totale de bruit de moteur et des trains roulants silencieux. Nous sommes en mode « Confort » et le SUV se montre bien agile et d’une puissance très suffisante. Malgré un poids assez élevé, compter 2,1 tonnes, l’EQA offre tout de même un brin de sportivité. En mode « Sport », la cavalerie délivrant un couple énorme de 375 Nm (Newton mètre) pousse fort à chaque pression sur l’accélérateur. La direction est plus directe, les suspensions plus fermes et surtout, la réactivité se voit nettement améliorée : le 0 à 100 km/h est réalisé en 8,9 secondes ! C’est vraiment plaisant de ne jamais manquer de chevaux et de doubler en un éclair. 
Cependant, l’EQA est avant tout une voiture familiale qui n’est pas faite pour être menée à un rythme trop élevé, surtout sur les enchaînements de sinueux où l’on sent que le train avant prend un peu de roulis. Un mode « Sport » donc qui serait plutôt à privilégier en situation de ligne droite ou sur voie rapide. En ville, ce mode est un peu trop violent, et il sera préférable de privilégier le mode « Confort » voir « Éco » pour le bien-être des passagers. 

Les optiques adoptent les sourcils bleutés typiques des électrifiées du groupe.
Les optiques adoptent les sourcils bleutés typiques des électrifiées du groupe.
 

« Éco-conduite » 

En redescendant de notre petite escapade dans les hauteurs de Sainte-Marie, nous avons adopté une éco-conduite en sélectionnant le mode « Éco » et en jouant des palettes. À la différence d’une voiture thermique, ces dernières permettent la gestion de la récupération d’énergie, et pour une voiture électrique c’est un minimum. Avec quatre « niveaux de puissance », on a le choix entre la roue libre en « D + », le frein moteur en « D », le gros frein moteur en « D - » et enfin le coup de frein en « D -- ». Un système efficace et tellement ludique que l’on se prête facilement au jeu (surtout en descente), en ne se servant pratiquement pas de la pédale de frein. 
Les différentes attitudes de conduite durant l’essai ne nous permettent pas d’annoncer une consommation faible ou une autonomie optimale, mais à titre indicatif, notre moyenne de consommation électrique avoisinait les 21 kWh/100 km, et une autonomie de départ affichant 332 km (batterie chargée à 89 %). Ce qui est largement suffisant pour se déplacer sereinement à travers l’île !
L’EQA reprend ainsi toutes les qualités et la polyvalence du GLA, la technologie embarquée reconnue de Mercedes, et une partie électrifiée vraiment aboutie. Ce nouvel EQA ne devrait avoir aucun mal à séduire une clientèle à la recherche d’un SUV 100 % électrique grâce à son format compact et son tarif plus attractif que le premier SUV électrifié EQC.

Il y a quatre modes de conduite accessibles en toute facilité via un bouton rotatif sur la console : « Éco », « Confort », « Sport » et « Individuel ».
Il y a quatre modes de conduite accessibles en toute facilité via un bouton rotatif sur la console : « Éco », « Confort », « Sport » et « Individuel ».
 
 
La signature lumineuse de l’EQA la différencie nettement du GLA.
La signature lumineuse de l’EQA la différencie nettement du GLA.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

MERCEDES-BENZ EQA UNE « PETITE » ÉTOILE SYMPATHIQUE !

La Mercedes EQA est la version électrique du GLA. Tout comme l’EQC dérive du GLC (voir essai dans l’Éco Austral n°360) et le futur EQB du GLB à sept places. Si, à l’extérieur, la différence peut sembler infime entre GLA et EQA, la version électrique affiche tout de même quelques spécificités qui s’opèrent sur les faces avant et arrière. La calandre noir brillant pl...