Leader

Madagascar

Mihanta Malala Randriantsoa : un parfum de réussite

Mihanta Malala Randriantsoa envisage de construire une distillerie d’huiles essentielles innovante en termes d’impact environnemental. Une unité de production qui sera exclusivement féminine. Ceentre
Pour sa treizième édition, le Trophée du jeune entrepreneur de la banque BNI Madagascar a récompensé une jeune capitaine d’entreprise spécialisée dans l’exportation d’épices et d’huiles essentielles. Un parcours sans faute de Toamasina à l'international.

La banque BNI Madagascar organise annuellement un concours mettant en compétition des jeunes entrepreneurs du pays. Ils doivent être âgés de moins de 40 ans et être à la tête d’une société ayant au moins une année d’existence et un chiffre d’affaires d’environ 16 000 euros par an au minimum. Pour sa treizième édition, le Trophée du jeune entrepreneur est revenu à Mihanta Malala Randriantsoa, gérante de Jacarandas, une société spécialisée dans l’exportation d’épices et d’huiles essentielles. Elle a gagné devant un dirigeant d’une entreprise de compost 100 % biologique et la directrice d’une crêperie, car selon le jury « l’évolution de Jacarandas depuis 13 ans est à l’image du dynamisme, de l’ambition et de l’esprit d’innovation de sa jeune directrice. Sa vision claire par rapport au développement des activités de l’entreprise est décisive ».

DU RAPHIA AUX HUILES ESSENTIELLES

Après avoir obtenu son baccalauréat, elle intègre l'École supérieure en sciences agronomiques d'Antananarivo (Tananarive) pour y suivre un cursus d’ingénieur agronome spécialisée en agriculture. Une fois son diplôme en poche, elle rejoint en 1999 l’Institut national polytechnique de Lorraine, en France, et y décroche un diplôme d'études approfondies. 
Mihanta Malala Randriantsoa devient par la suite responsable produit et certification au sein d’un groupe international avant de se décider à créer sa propre entreprise à Madagascar en 2004, avec un associé. « Nous avons démarré nos activités avec l’exportation de raphia et de produits dérivés. Au bout de deux ans, nous avons créé une agence dans la ville de Toamasina (Tamatave) et nous nous sommes réorientés vers l’exportation en gros d’épices et d’huiles essentielles », explique la jeune capitaine d’entreprise.
En parallèle à la gamme d’épicerie fine qu’elle a créée, la jeune femme ouvre quatre années plus tard Jacarandas International pour la commercialisation en demi-gros de ses produits en France. 

DAVANTAGE DE DÉVELOPPEMENT

En 2015, la société s’est engagée dans les travaux de construction d’une distillerie d’huiles essentielles aux normes internationales, toujours à Toamasina. Ce projet s’est concrétisé au début de l’année 2017 et Jacarandas est aujourd’hui une entreprise comptant 156 employés dont 130 femmes. Elle a actuellement une quarantaine de clients à travers le monde dont le groupe industriel français de produits cosmétiques L’Oréal.
En remportant le trophée, la lauréate a décroché un crédit de près de 27 000 euros à taux zéro auprès de la BNI Madagascar en guise de financement de son projet. Elle compte s’en servir pour développer son entreprise. Dans cette optique, Mihanta Malala Randriantsoa envisage de construire une usine innovante en termes d’impact environnemental et qui sera une unité de production exclusivement féminine. Cela permettra notamment de répondre aux besoins opérationnels liés aux spécificités techniques des produits et aux normes. Dans les filières les plus intégrées en effet, Jacarandas gère la production, la récolte et la transformation des matières. Autour de cette industrie sera ensuite créé un circuit écotouristique valorisant les ressources de/et autour de la société.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar

Mihanta Malala Randriantsoa : un parfum de réussite

La banque BNI Madagascar organise annuellement un concours mettant en compétition des jeunes entrepreneurs du pays. Ils doivent être âgés de moins de 40 ans et être à la tête d’une société ayant au moins une année d’existence et un chiffre d’affaires d’environ 16 000 euros par an au minimum. Pour sa treizième édition, le Trophée du jeune entrepreneur est revenu à Mihanta Mal...