Performance

Maurice

Nathalie Job : « le MBA International Paris fait ses preuves depuis huit ans »

17 fév 2014 | PAR Jean-Michel Durand | N°283
« L’un des points forts de la formation, c’est qu’elle regroupe des participants de la région. Cela permet des échanges intéressants et ouvre des perspectives de partenariat et de collaboration entre nos îles. » - Davidsen Arnachellum
La directrice de Analysis Institute of Management s’explique sur les avantages de cette formation de haut niveau assurée à Maurice par l’université Paris-Dauphine et l’IAE de Paris I Panthéon-Sorbonne.

L'Éco austral : Après avoir été lancé en 1998 à l’université Saint-Joseph de Beyrouth (Liban), le MBA International Paris est proposé à Maurice depuis 2006 et attire des étudiants des îles voisines. Pourquoi ce choix de l’océan Indien ?
 

Nathalie Job : Cette formation de haut niveau est organisée localement dans sept pays et zones géographiques. L’ouverture du programme dans la zone de l’océan Indien est liée à la volonté des universités françaises d’élargir leur champ d’intervention dans l’Hémisphère Sud. Le choix de faire, pour le moment, les cours à Maurice s’est imposé pour des raisons économiques et de marché. En 2014, nous en sommes à la huitième promotion.

Quel est le positionnement de ce MBA parmi les différentes offres de formation continue proposées à Maurice? Plus précisément, quels sont ses points forts ?


Tout d’abord, le MBA International Paris (MBAIP) est une formation qui a fait ses preuves à Maurice, à La Réunion et à Madagascar. C’est la seule formation à s’adresser uniquement à des cadres avec de l’expérience et du potentiel. D’ailleurs, la quasi-totalité des cadres et dirigeants qui ont suivi le MBAIP ont connu de fortes évolutions de carrière, dans leur société ou dans une nouvelle entreprise et aussi à l’international. Vous pouvez d’ailleurs trouver des portraits de certains d’entre eux sur notre site internet www.analysis.im.
Le deuxième point fort, c’est que la formation regroupe des participants de la région. Cela permet des échanges intéressants et ouvre des perspectives de partenariat et de collaboration entre nos îles. De quoi rendre cette formation unique dans la région.
Enfin, il faut souligner une approche et une équipe pédagogique de haute qualité. L’équipe qui intervient dans le MBAIP dans l’océan Indien se compose de dix professeurs, parmi les meilleurs de France, qui interviennent dans des programmes dits exécutifs un peu partout dans le monde. L’université Paris-Dauphine est réputée pour former des managers et des experts, mais aussi les meilleurs enseignants-chercheurs de France. Cette contribution est essentielle pour les cadres qui suivent cette formation car ces experts leur apportent une vision plus globale et stratégique de la gestion et du management et leur ouvrent une fenêtre sur le monde. Obtenir un tel diplôme est aussi une véritable reconnaissance.

Pouvez-vous nous expliquer le principe et l’organisation de ce MBA ?
 

Le cœur de la formation, c’est dix séminaires intensifs, tous animés par les professeurs de Paris-Dauphine ou de l’IAE de Paris. Ces séminaires sont organisés par cycle de compétences sur une période de seize mois avec un projet professionnel à préparer et soutenir pour clore la formation. Ces séminaires vont de la finance au marketing et au leadership, en passant par la gestion des opérations et des ressources humaines. L’intérêt pour les participants, c’est que la formation est tout à fait compatible avec leurs activités professionnelles, moyennant un effort, bien sûr, car une partie des cours ont lieu le week-end.

Ce MBA est-il ouvert sur l’international ?
 

L’essence de ce MBA est l’international. Pour aller à l’international, il faut d’abord maîtriser la région proche, la région océan Indien, apprendre à travailler et évoluer dans des environnements internationaux. Cette formation est la seule à le faire. Ensuite, l’ouverture qui est donnée permet aux participants d’exporter leurs compétences s’ils le souhaitent.
Ainsi, il y a, par exemple, Valérie Vencatachellum qui travaille à la Commission de l’Union africaine à Addis Abeba, en Éthiopie, Ashley Gauzere, senior manager chez Orange en Côte d’Ivoire ou encore Cédric Veau, qui travaille en Algérie pour le groupe GBH comme directeur général adjoint à Citroën. Ce ne sont que quelques exemples.


Quel est le coût de cette formation ? Les entreprises mauriciennes et réunionnaises peuvent-elles bénéficier d’une subvention pour la financer tout ou en partie ?  
 

La formation coûte 12 500 euros. Ce prix plutôt intéressant est possible grâce à la volonté des universités partenaires de s’établir dans notre région et celle de AIM d’offrir cette qualité de cours à des cadres de l’océan Indien. La formation MBAIP est prise en charge en grande partie par les organismes qui gèrent les fonds de formation continue comme la HRDC à Maurice ou encore les FONGECIF, AGEFOS ou OPCA à La Réunion.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Nathalie Job : « le MBA International Paris fait ses preuves depuis huit ans »

L'Éco austral : Après avoir été lancé en 1998 à l’université Saint-Joseph de Beyrouth (Liban), le MBA International Paris est proposé à Maurice depuis 2006 et attire des étudiants des îles voisines. Pourquoi ce choix de l’océan Indien ?   Nathalie Job : Cette formation de haut niveau est organisée localement dans sept pays et zones géographiques. L’ouverture du programme...