Happy Few

Monde

Nissan pulsar : retour gagnant ?

21 avr 2015 | PAR Gilles Michel | N°296
Après huit ans d’absence sur le segment C, pendant lesquels Qashqai et Juke ont inondé le marché, Nissan revient avec cette berline compacte qui vient jouer dans la cour des Peugeot 308 et Renault Mégane, reines du marché.

Qui se souvient de la discrète Almera, disparue en 2006 ? Force est de constater que la dernière berline compacte de Nissan n’a pas marqué les esprits. Avec la Pulsar, le constructeur nippon veut changer la donne. À l’avant, le logo Nissan, encadré par la calandre en V dont les angles s’étirent sur toute la longueur du capot, ainsi que la signature lumineuse en « boomerang » rappellent les dernières réalisations de la marque, Qashqai en tête. Comme un pendant symétrique à la calandre, le bouclier reçoit une large ouverture, encadrée par les antibrouillards. Les flancs travaillés apportent du dynamisme au profil tandis qu’à l’arrière, les feux en « boomerang » et le diffuseur intégré au bouclier achèvent de donner à l’ensemble une note de sportivité. À La Réunion, la Pulsar se pare dès la version d’entrée de gamme de jantes en alu 16’’ et 17’’ à partir du deuxième niveau de finition.
Une fois à bord, l’importance de la surface vitrée étonne. Le tableau de bord, plutôt consensuel, est toutefois plaisant.

La position de conduite est excellente grâce à un volant réglable en hauteur et en profondeur avec une grande amplitude, et à des sièges bien dessinés. - DR

La position de conduite est excellente grâce à un volant réglable en hauteur et en profondeur avec une grande amplitude, et à des sièges bien dessinés. - DR

Si son revêtement est agréable au toucher, il n’en est pas de même pour la partie basse, dont les plastiques sont plutôt durs et sonores. L’ensemble est néanmoins très bien assemblé et le matériau noir laqué, qui encadre la partie centrale, flatte l’œil. La position de conduite est excellente grâce à un volant réglable en hauteur et en profondeur avec une grande amplitude, et à des sièges bien dessinés. Mais ce qui impressionne le plus, c’est l’espace aux places arrière, digne de la catégorie supérieure. La Pulsar est aidée en cela par son empâtement de 2 700 mm, le plus grand de son segment. Le coffre n’est pas en reste avec une contenance de 385 L. Côté équipement, climatisation, équipement bluetooth pour téléphone et système audio, régulateur limiteur de vitesse et ordinateur de bord avec écran TFT couleur 5’’ sont présents dès le premier niveau de finition Visia. La finition Acenta Pack y ajoute, entre autres, le Nissan Connect avec son écran central 5,8’’ et la caméra de recul, le système d’ouverture et démarrage sans clé, ainsi que le système de freinage d’urgence autonome. La finition Tekna coiffe la gamme en offrant le Nissan Safety shield, ainsi que le système AVM qui permet une vision à 360° du véhicule grâce à quatre caméras. Très pratique pour garer les 4,40 mètres de la Pulsar.

Un des meilleurs rapports prix/prestations de son segment

Devant le désamour croissant du gouvernement pour les motorisations diesel, nous avons pris le volant de la version essence 1.2 L DIG-T de 115 cv. Ce 4 cylindres turbocompressé développe 115 cv pour un couple de 190 Nm dès 2 000 tr/min. Extrêmement discret, tant au niveau sonore que des vibrations, il s’est révélé d’une polyvalence et d’une souplesse étonnantes, avec une belle disponibilité dès les bas régimes qui dispense de trop solliciter la mécanique. La consommation achève de convaincre, avec une moyenne homologuée à 5 L/100 km, et une excellente moyenne de 7,5L/100 constatée lors de notre essai. À noter que sur route en 6ème, on descend même en dessous des 5 L… De quoi faire pâlir certains diesels ! Le comportement est quant à lui très équilibré et le « toucher de route » agréable, grâce à un train avant accrocheur et à une direction douce mais consistante.
Agréable à vivre et à conduire, la Pulsar permet un retour en force de Nissan sur le marché des compactes. Vendue chez Sogecore, à La Réunion, à partir de 22 400 €, elle est également disponible en diesel dCi 110 cv à partir de 24 700 €. Avec son équipement pléthorique et son espace intérieur, elle offre dès à présent l’un des meilleurs rapports prix/prestations de son segment.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Nissan pulsar : retour gagnant ?

Qui se souvient de la discrète Almera, disparue en 2006 ? Force est de constater que la dernière berline compacte de Nissan n’a pas marqué les esprits. Avec la Pulsar, le constructeur nippon veut changer la donne. À l’avant, le logo Nissan, encadré par la calandre en V dont les angles s’étirent sur toute la longueur du capot, ainsi que la signature lumineuse en « boomerang » rappe...