Le billet

France

OLIGARCHIE

19 mai 2017 | PAR Alain Foulon


« Élection, piège à c… ! » Les électeurs d’Emmanuel Macron pourraient méditer ce vieux slogan gauchiste. Du moins ceux qui croyaient voter pour un candidat « antisystème » et  pour le renouveau de la classe politique. Son gouvernement est un condensé de politiciens professionnels, de technocrates et de purs produits du système. À commencer par le Premier ministre, Edouard Philippe, qui a souffert d’une addiction au cumul de mandats tout en ayant quelques difficultés à déclarer son patrimoine. Passant du Parti socialiste à l’UMP devenue « Les Républicains », il a été adoubé par la très atlantiste fondation Bilderberg pour participer à sa réunion annuelle où se côtoient des décideurs du monde économique, politique, social et culturel… Tous unis dans ce grand dessein d’affermir les liens entre l’Europe et l’Amérique du nord, fixé depuis la première réunion en 1954. Bref, tout sauf le non alignement cher à feu le général de Gaulle qui doit se retourner dans sa tombe. Concernant les fameuses personnalités de la société civile, à l’exception de quelques unes d’entre elles, comme l’éditrice Françoise Nyssen à la Culture, elles proviennent de cette oligarchie où l’on navigue aisément de la haute administration publique au secteur privé pour y occuper des postes de direction. C’est le cas de Muriel Pénicaud, par exemple, ancienne directrice générale des Ressources humaines de Danone après avoir officié au ministère du Travail… où elle fait son retour comme ministre. Pour l’Outre-mer, on ne peut pas dire non plus que la nomination de la radicale de gauche Annick Girardin soit franchement un renouvellement de la classe politique.  
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

France

OLIGARCHIE

 « Élection, piège à c… ! » Les électeurs d’Emmanuel Macron pourraient méditer ce vieux slogan gauchiste. Du moins ceux qui croyaient voter pour un candidat « antisystème » et  pour le renouveau de la classe politique. Son gouvernement est un condensé de politiciens professionnels, de technocrates et de purs produits du système. À commencer par le Premier ministre, Edouar...