Le billet

Comores

Pétrole et trahison

18 sep 2017 | PAR Jacques Rombi
C'est une colère sourde, collective et puissante qui est en train de monter dans le jeune département français de Mayotte.
En cause ? La signature le 12 septembre dernier en catimini d'une feuille de route visant à faciliter la circulation des Comoriens vers Mayotte entre les ministres français et comoriens des Affaires étrangères.
Un acte lourd de conséquences et qui va à contresens de la politique officielle du gouvernement Macron. En bref ce que craignent les Mahorais n'est rien d'autre qu'une officialisation d'une immigration massive de Comoriens à Mayotte sous prétexte du regroupement familial qui peut être très facile à interpréter dans cet archipel où les noms de famille ne suivent pas de règles bien établies.
Aujourd'hui Mayotte est déjà victime d'une immigration massive et plus de la moitié de la population est étrangère, souvent en situation irrégulière. Les infrastructures d'habitation, sanitaires, éducatives et sociales étant saturées, il en résulte un contexte social explosif qui a mené le 101ème département français "au bord de la guerre civile" (aux dires de Mansour Kamardine, député de Mayotte). 
En tous cas, faisant fi de ces paramètres, les Ministères concernés (Outre mer et Affaires étrangères) ont reçu leurs homologues Comoriens sans consulter qui que ce soit du côté mahorais.
Un camouflet qui passe très mal à Mayotte où des comités s'organisent un peu partout, allant bien au delà des rivalités politiques, d'un seul élan, comme les Mahoraises et les Mahorais l'ont toujours fait pour faire entendre leur voix jusqu'à la lointaine Paris. 
C'est en tous cas une bien curieuse façon de respecter ce petit bout de france où ses habitants crient depuis un demi siècle leur appartenance française*. 
Une décision qui vient quelques jours après une autre décision, celle du Ministère de l'écologie où le célèbre Nicolas Hulot a décrété, de façon sûrement respectable de son côté, l'interdiction de toute nouvelle prospection pétrolière dans tous les territoires français (dont la zone économique exclusive française du Canal de Mozambique rattachée à Mayotte et aux îles éparses françaises).
Comme on la sait, la Canal de Mozambique est riche en gisements de pétrole et de gaz, déjà exploités par le Mozambique à l'Est.
Ces réserves de combustibles fossiles étant également sur les zones maritimes comoriennes, il y aurait là une bien perfide manière de contourner la belle décision dictée par Nicolas Hulot.
On ferme les yeux sur l'immigration comorienne (et quelque part sur une récupération de Mayotte par les Comores) et on exploite votre pétrole moyennant quelque accord obscur ? C'est bien la rumeur qui court et qui enfle à Mayotte. 
A suivre dans les jours et semaines qui suivent.

*S'il y a bien un territoire français sur la planète c'est Mayotte où plus de 90 % des suffrages ont toujours été en faveur de la France lors des différents référendums de consultation des populations depuis les années 70. (Tout comme les îles aujourd'hui malgaches de Nosy Be et Sainte Marie, mais c'est un autre débat).
 
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Comores

Pétrole et trahison

C'est une colère sourde, collective et puissante qui est en train de monter dans le jeune département français de Mayotte. En cause ? La signature le 12 septembre dernier en catimini d'une feuille de route visant à faciliter la circulation des Comoriens vers Mayotte entre les ministres français et comoriens des Affaires étrangères. Un acte lourd de conséquences et qui va à contresens d...