Performance

Réunion

Philancia : un fonds de dotation réunionnais pour la recherche médicale

1 mar 2018 | PAR La rédaction | N°327
Après un concert solidarité à la Cité des Arts en juin 2017, l’Odhiraton espère récolter 400 000 euros pour sa deuxième édition. Sebastien Fraysse
Le fonds de dotation Philancia mise sur l’événementiel pour financer la recherche médicale. En l’occurrence l’Odhirathon, un événement participatif 100 % réunionnais qui a permis de récolter 100 000 euros en une semaine en 2017.

Marie-Rose Won-Fah-Hin, directrice de l’Association pour l’utilisation du rein artificiel à La Réunion (Aurar), a créé le fonds de dotation Philancia en 2011 pour soutenir la recherche dans les maladies Odhir (obésité, diabète, hypertension et insuffisance rénale). « La particularité de Philancia est d’être né à La Réunion : ce fonds permet aux entreprises et aux particuliers de donner en faveur d’actions de prévention et de recherche contre les maladies Odhir qui sont un enjeu de santé publique majeur dans l’océan Indien », explique Marie-Rose Won-Fah-Hin. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : plus de 10 % de la population réunionnaise souffre du diabète (18 % si l’on exclut les enfants) et l’obésité touche 15 % des Réunionnais. 
La structure de collecte, gérée par un conseil d’administration de sept membres dont des médecins, fonctionne sur un système d’appel à projets annuel. Cette année, entre huit et dix projets ont été identifiés. Leur sélection se fait via un comité éthique et scientifique, présidé par Arnaud Bourdet, ancien président du Samu (Service d’aide médicale urgente) de La Réunion. 

L’ODHIRATON, ÉVÉNEMENT GRAND PUBLIC

Alimenté depuis sa création de 750 000 euros (dont 500 000 euros de dons directs de l’Aurar) avec un fichier de 30 entreprises donatrices (le plus gros don s’élève à 50 000 euros), le fonds de dotation Philancia a orienté sa stratégie sur la recherche depuis deux ans : « Il y a très peu de structures qui financent la recherche dans le privé contrairement à la prévention », précise Marie-Rose Won Fah Hin. En 2017, un changement de cap a été pris avec la création d’un premier événement grand public, l’Odhiraton, qui a permis de récolter 100 000 euros auprès de 29 000 contributeurs individuels mais également des entreprises. « Tous les fonds de dotation et les fondations créent des événements pour mobiliser l’attention et mieux faire connaître la cause qu’ils défendent », explique Marie-Rose Won-Fah-Hin. 
Après un concert solidarité à la Cité des Arts en juin 2017, l’Odhiraton espère récolter 400 000 euros pour sa deuxième édition. Un chiffre ambitieux mais pas fou selon la directrice de l’Aurar : « Nous devons ancrer Philancia sur le territoire, lui donner de la visibilité. Jusqu’à présent, nous n’avons pas sollicité directement les professionnels de santé; il y a 700 médecins et 400 cabinets infirmiers auxquels nous allons nous adresser directement. Et pourquoi pas par la suite recourir à un « found raiser » pour dynamiser la collecte de fonds ?

QUELLES RÉDUCTIONS D’IMPÔTS POUR LES DONS AUX ŒUVRES ?
Les dons à des fonds de dotation comme Philancia (régi par la loi du 4 août 2008), fondations ou associations reconnues d’utilité publique, ouvrent droit aux avantages fiscaux prévus aux articles 200 et 238 bis du Code général des impôts pour les donateurs.
Pour les entreprises, la réduction d’impôts est égale à 60 % du don. Par exemple, un don de 3 000 euros ne coûte que 1 200 euros. Cette réduction est retenue dans la limite de 0,5 % du chiffre d’affaires. En cas de dépassement de ce seuil, l’excédent est reporté sur les cinq exercices suivants. 
Pour les particuliers, la réduction d’impôt est égale à 66 % du montant du don, ce dernier étant pris dans la limité de 20 % du revenu imposable. En cas de dépassement de ce seuil, l’excédent est là aussi reporté sur les cinq exercices suivants. 
La réduction d’impôts est portée à 75 % sur les dons aux organismes caritatifs d’aide directe aux personnes en difficulté (par exemple, Médecins sans frontières ou la Croix-Rouge) jusqu’à 530 euros.  
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Philancia : un fonds de dotation réunionnais pour la recherche médicale

Marie-Rose Won-Fah-Hin, directrice de l’Association pour l’utilisation du rein artificiel à La Réunion (Aurar), a créé le fonds de dotation Philancia en 2011 pour soutenir la recherche dans les maladies Odhir (obésité, diabète, hypertension et insuffisance rénale). « La particularité de Philancia est d’être né à La Réunion : ce fonds permet aux entreprises et aux particuliers ...