Performance

Afrique

PIDA WEEK 2016 : La création d’emplois au cœur des discussions

25 nov 2016 | PAR 35°Nord
Légende : Stefan Nalletamby (2e g), vice-président par intérim de la BAD, Gaousou Touré (3e), ministre ivoirien des Transports, le Dr. Elham M.A. Ibrahim (4e), Commissaire chargé des infrastructures et de l'énergie de l’UA, le Dr Ibrahim Assane Mayaki (5e), Secrétaire Exécutif de l'Agence du NEPAD. - DR
L'Afrique doit offrir des opportunités d'emploi à sa jeunesse pour exploiter son potentiel et contribuer à la croissance économique du continent, comme indiqué dans la vision de l'Agenda 2063.
L'appel a été lancé par des responsables de l'Union africaine (UA), de l'Agence du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) et de la Banque africaine de développement (BAD), lors de la cérémonie d'ouverture de la deuxième Semaine du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) qui s'est conclue à Abidjan, en Côte d'Ivoire. L’édition 2016 de la semaine PIDA sous le thème « Création d’emplois à travers le développement des infrastructures régionales », a enregistré la participation de 250 délégués et représentant des États membres, du secteur privé, ainsi que les partenaires au développement et les promoteurs de projets PIDA.

Le PIDA, est une initiative multisectorielle et multi acteurs pour combler le déficit d’infrastructures en matière de transport, d'énergie, de ressources en eau transnationales et de TIC et qui vise à faciliter l'intégration continentale en Afrique.
Au cours de l'édition 2016 de la PIDA Week, des projets d'infrastructures régionales ont été partagés de même que leur impact sur le développement socio-économique de l'Afrique; et en particulier sur la création d'emplois pour les jeunes.
C’est Gaousou Touré, ministre ivoirien des Transports a ouvert les travaux.
Dans sa déclaration, le Dr. Elham M.A. Ibrahim, commissaire chargé des infrastructures et de l'énergie de l’UA a déclaré : « Le PIDA devrait jouer un rôle important pour réduire l'écart entre la création d'emplois et le chômage. À cette fin, les décideurs publics et les acteurs du secteur privé sont invités à entreprendre activement la formation et l'acquisition de compétences dans le développement des infrastructures, en particulier dans la construction de routes, de systèmes ferroviaires, de production d'électricité et de transmission d’énergie afin de permettre aux jeunes Africains d'être bien préparés à la mise en œuvre de programmes complexes tels que le PIDA. »
La semaine PIDA 2016 s’appuie sur le succès de la première édition organisée en 2015 ; et a pour but de renforcer la visibilité des projets PIDA, de toucher la communauté internationale des investisseurs, les institutions de financement du développement, les agences de crédit à l'exportation, les promoteurs de projets (publics et privés) et les gouvernements.
Quant au Dr Ibrahim Assane Mayaki, le secrétaire Exécutif de l’agence du NEPAD, il a indiqué que pour accroître le nombre de projets d'infrastructure régionaux et nationaux et leur impact en Afrique, des changements seraient nécessaires pour adapter les mentalités, et mettre en synergie les politiques et la mise en œuvre les programmes. Il a rappelé la nécessité de poursuivre la rationalisation positive des projets d'infrastructure transfrontalière, comme le soulignent le PIDA et les initiatives complémentaires.
« L’Afrique attend de pouvoir bénéficier de ses ressources humaines essentielles, les jeunes, qui doivent être préparés pour permettre leur participation significative aux efforts nationaux de développement. Je crois que cela est possible à travers le développement des infrastructures », a déclaré Dr Mayaki.
Dans son allocution, le vice-président par intérim de la BAD, Stefan Nalletamby, a souligné « l’importance continue du PIDA pour la transformation de l'Afrique » et a insisté sur « les objectifs solides, durables et réalisables pour 2030 ».
« Nous avons choisi notre destination et nous y arriverons, tant que nous serons assurés de l'excellence de notre infrastructure et de la fiabilité totale de sa mise en œuvre et de son fonctionnement sur le terrain. Le PIDA a la particularité d'être le premier programme africain de développement des infrastructures, conçu par les Africains et entièrement détenu et approuvé au plus haut niveau par les chefs d’État et de gouvernement africain. Il doit donc réussir », conclut-il.
Au cours de la Semaine PIDA 2016, un rapport sur les réalisations présenté après la cérémonie d'ouverture, a souligné la nécessité de désamorcer les risques liés aux infrastructures et aux projets PIDA pour solliciter l'intérêt des investisseurs du secteur privé ainsi que des investisseurs nationaux et internationaux. Le Continental Business Network (CBN), a fourni la plate-forme pour engager les parties prenantes du secteur privé. 
Le Rapport 2016 donne également un aperçu des progrès réalisés dans le cadre des 16 projets prioritaires du PIDA convenus lors du Sommet de financement de Dakar de 2014.

Outre les progrès et les succès, le rapport présente un examen franc des défis et des leçons apprises pour assurer la poursuite et l'accélération de la mise en œuvre des projets PIDA.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Afrique

PIDA WEEK 2016 : La création d’emplois au cœur des discussions

L'appel a été lancé par des responsables de l'Union africaine (UA), de l'Agence du Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD) et de la Banque africaine de développement (BAD), lors de la cérémonie d'ouverture de la deuxième Semaine du Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA) qui s'est conclue à Abidjan, en Côte d'Ivoire. L’édition 2016 d...