Edito

Réunion

POUR EN FINIR AVEC LA FRAUDE FISCALE

17 fév 2015 | PAR Alain Foulon

Selon un quotidien réunionnais, qui s’emmêle les pinceaux en parlant de Maurice comme d’un « paradis fiscal », la fraude fiscale atteindrait à La Réunion les 500 millions d’euros par an. On se demande comment on arrive à ce montant, mais bon, admettons ! Une chose est sûre, la plus grosse part de ces 500 millions d’euros ne s’évade sûrement pas à Maurice, ni dans les vrais paradis fiscaux. C’est vrai que les grosses affaires, comme l’opération Swissleaks qui vient d’être révélée, marquent les esprits, d’autant plus que quelques Réunionnais seraient impliqués. Sur le plan mondial, 180 milliards d’euros se seraient évadés en quelques mois sur des comptes suisses de la HSBC. C’est impressionnant ! Un peu comme les accidents d’avion ! On sait pourtant qu’on court plus de risque en prenant sa voiture et qu’il y a beaucoup plus de morts sur les routes que dans les airs. En réalité, la fraude se développe dans la vie de tous les jours et, plus la pression fiscale est forte, plus elle prend de l’importance. Une leçon particulière, la réparation de votre voiture par un mécano qui travaille chez lui le samedi, voire même la rénovation de votre maison… Quand ce n’est pas déclaré, ça alimente la fraude fiscale. Et quand cela se multiplie, ça commence à faire beaucoup d’argent. On sait qu’en France l’augmentation des taxes sur les cigarettes a stimulé un marché parallèle qui représenterait 7 milliards de pertes fiscales pour l’État. Dans ces conditions, comment mettre fin ou réduire très sensiblement la fraude fiscale ? Impossible de mettre un contrôleur derrière chaque citoyen ! Il n’y a qu’un moyen radical : réduire la pression fiscale et même supprimer l’impôt sur le revenu. Et pendant qu’on y est : instaurer une amnistie fiscale en faveur des « évadés ». Il est certain qu’au bout du compte, l’État serait gagnant. 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

POUR EN FINIR AVEC LA FRAUDE FISCALE

Selon un quotidien réunionnais, qui s’emmêle les pinceaux en parlant de Maurice comme d’un « paradis fiscal », la fraude fiscale atteindrait à La Réunion les 500 millions d’euros par an. On se demande comment on arrive à ce montant, mais bon, admettons ! Une chose est sûre, la plus grosse part de ces 500 millions d’euros ne s’évade sûrement pas à Maurice, ni dans les vrais ...