Performance

Réunion

Poz’eat : un serious game pour mieux s’alimenter

1 aoû 2017 | PAR Benjamin Postaire | N°321

Poz’Eat répond à un réel besoin dans une île où 40%de la population est en surpoids.
Poz’Eat répond à un réel besoin dans une île où 40%de la population est en surpoids. Stocklib/Lucian Coman
 

Tout a commencé lors d’un « Start-up weekend », c’était en décembre 2015. Françoise Lichardy arrive avec son projet sous le bras. Cinquante-quatre heures plus tard, elle repart avec le prix « coup de cœur » du jury et la certitude que son idée tient la route et qu’il faut la mettre œuvre. Poz’Eat est un « Serious Game », « jeu sérieux » en français, sérieux tout en étant ludique. « L’objectif est effectivement d’apprendre en s’amusant confirme Françoise Lichardy. De donner du plaisir à jouer et aussi à manger. C’est nécessaire pour renouer avec les sensations de faim et de satiété. » Une approche bien différente de celle des régimes. « L’information circule, les gens savent bien ce qui est bon ou pas, mais quand on arrive au registre de la privation, ils se braquent. » Coach neuro-émotionnelle dans son autre vie professionnelle, Françoise Lichardy fait appel à ses compétences pour mettre l’accent sur l’émotion et le ressenti. « Mon angle d’attaque se concentre plus sur la façon de se nourrir que sur la nourriture elle-même. » Le jeu, encore en développement, sera testé gratuitement lors de son lancement, avant d’être payant. Un raison économique, bien sûr, mais aussi une condition de son efficacité. « Dès lors que c’est gratuit, il y a moins d’investissement. Or changer ses habitudes alimentaires demeure très difficile. » En attendant, l’entrepreneur profite de la réelle dynamique dans le secteur de la e-santé à La Réunion. « J’ai pu suivre des formations grâce à Nexa et j’ai rencontré les acteurs de la French Tech. C’est très enrichissant de pouvoir échanger et de se sentir soutenue par l’écosystème. » 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Poz’eat : un serious game pour mieux s’alimenter

 Poz’Eat répond à un réel besoin dans une île où 40%de la population est en surpoids. Stocklib/Lucian Coman  Tout a commencé lors d’un « Start-up weekend », c’était en décembre 2015. Françoise Lichardy arrive avec son projet sous le bras. Cinquante-quatre heures plus tard, elle repart avec le prix « coup de cœur » du jury et la certitude que son idée tient la route et qu...