Performance

Réunion

Premier acte dans le projet de fusion BR-CEPAC

12 mai 2015 | PAR La rédaction | N°296
Bernard Frémont, directeur général de la Banque de la Réunion (BR) : « Les salariés de la BR ne perdront aucun de leurs avantages, bien au contraire. » - Guillaume Foulon

Le conseil d’administration de BPCE International & Outre-mer (groupe Banques populaires – Caisses d’Épargne), qui détient 88,9% des actions et droits de vote de la Banque de la Réunion (BR), a lancé le 17 mars son offre publique d’achat (OPA) pour acquérir les 11,1% qui lui manquent pour arriver à 100%. Le prix de l’action est plutôt généreux, à 152,30 euros, puisqu’il représente une prime de 43,7% par rapport au cours de clôture de l’action à 106 euros en date du 1er octobre 2014 (avant publication du communiqué de presse du Groupe BPCE annonçant qu’une offre publique serait déposée). Ce prix permet aussi de se faire une idée de la valeur de la BR. Un total de 1 691 761 actions à 152,30 euros l’action, cela fait une somme rondelette de 257,7 millions d’euros. Mais cela correspondrait environ aux actifs de la banque réunionnaise.
Le deuxième acte de cette pièce de théâtre financier sera la cession de la BR à la CEPAC (Caisse d’Épargne Provence Alpes Corse) qui appartient elle aussi au groupe BPCE et devrait absorber la BR. En effet, la formule de la fusion a été retenue par la CEPAC et fixée au premier semestre 2016. Elle concerne également la BDSPM à Saint-Pierre et Miquelon et la BDAF en Guadeloupe. Une stratégie de groupe qui inquiète les salariés de la BR. Mais selon Bernard Frémont, son directeur général, « ils ne perdront aucun de leurs avantages, bien au contraire ». Reste à savoir ce que deviendra à terme la marque BR qui jouit d’une forte notoriété en tant que banque dynamique mais aussi comme banque la plus ancienne de l’île, sa création remontant à 1853. Pour la CEPAC, cette opération représente une forte croissance externe puisque sa filiale actuelle – la Caisse d’Épargne de La Réunion – pèse près de trois fois moins avec un Produit net bancaire de 33 millions d’euros en 2013 contre 91,4 millions pour la BR qui a dégagé un bénéfice net de 21,8 millions d’euros.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Premier acte dans le projet de fusion BR-CEPAC

Le conseil d’administration de BPCE International & Outre-mer (groupe Banques populaires – Caisses d’Épargne), qui détient 88,9% des actions et droits de vote de la Banque de la Réunion (BR), a lancé le 17 mars son offre publique d’achat (OPA) pour acquérir les 11,1% qui lui manquent pour arriver à 100%. Le prix de l’action est plutôt généreux, à 152,30 euros, puisqu’il r...