Performance

Océan Indien

Programme E€oFISH : 28 millions d’euros pour la gestion durable des pêches

1 oct 2018 | PAR Jacques Rombi | N°333
Le secrétaire général de la COI Hamada Madi et l’ambassadrice de l’Union européenne, Marjaana Sall, lors de la signature du programme E€oFISH d’un montant de 28 millions d’euros. COI
La sécurité maritime et l’économie bleue ont été les vedettes du 33e Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI). L’action régionale en faveur des pêches a été saluée, avec notamment le programme E€oFISH doté d’un financement de 28 millions d’euros, dont les États membres profiteront dès 2019.

Le 33e Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI) s’est déroulée les 12 et 13 septembre dernier à Balaclava (île Maurice). Vishnu Lutchmeenaraidoo,  ministre mauricien des Affaires étrangères et président du Conseil, a présenté le bilan de sa présidence et passé le flambeau à Vincent Meriton, vice-président de la République des Seychelles, chargé des Affaires étrangères.
Le Conseil s’est d’abord félicité des résultats concrets de la conférence ministérielle d’avril 2018 sur la sécurité maritime, marquée par la signature des accords régionaux MASE (MAritime SEcurity). C’est aussi l’action régionale en faveur des pêches qui a été saluée, plus particulièrement avec la signature de la convention de financement avec l’Union européenne (UE) du programme E€oFISH pour un montant de 28 millions d’euros. « Les États membres bénéficieront de ce projet à partir de 2019 », a indiqué Marjaana Sall, l’ambassadrice de l’UE, soulignant combien la sécurité maritime reste fragile et dépendante d’une bonne synergie entre les acteurs de la COI.

L’UE veut que les États membres mettent la main à la poche

Pascaline Alexandre, chargée de communication du programme MASE, a rappelé que « les deux accords MASE signés en avril dernier par cinq pays (Djibouti, Union des Comores, Madagascar, Maurice et Seychelles) ont déjà permis la mise en service de deux centres (à Madagascar et aux Seychelles, NDLR). Le budget du programme MASE est de 37,5 millions d’euros. »
Concernant les perspectives immédiates, le Conseil de la COI propose l’organisation de conférences ministérielles thématiques devant donner des résultats concrets en matière de sécurité alimentaire et d’énergies renouvelables. Ces conférences devraient être organisées respectivement à Madagascar et à La Réunion au courant de l’année 2019. 
À plus long terme, le Conseil a adopté le nouveau plan de développement pour les prochaines années. Un plan qui vise notamment à renforcer des capacités institutionnelles grâce à un autre appui européen de 5 millions d’euros et qui, selon Marjaana Sall, « ne peut en aucun cas se substituer à l’apport financier des États membres de la COI. Je leur fais donc, encore une fois, appel pour appuyer financièrement l’organisation de façon plus conséquente. »

AIS, un système de surveillance des navires enfin efficace ?
En marge du 33e Sommet de la COI, largement axé sur la sécurité maritime, Jean Edmond Randrianantenaina, directeur général du Centre régional de fusion d’informations maritimes (CRFIM), basé à Madagascar, nous a fait part d’une belle avancée technologique avec l’arrivée prochaine du nouveau système AIS (Automatic Identification System). « Ce système qui a été mis en place par la Convention SOLAS (Convention internationale sur la sauvegarde de la vie humaine en mer, NDLR) est obligatoire pour les navires de commerce jaugeant 300 tonnes ou plus ainsi que pour tous les navires à passagers. » Grâce à un logiciel permettant d’intégrer l’ensemble des différentes sources d’informations maritimes, notamment l’imagerie satellitaire, les analystes du CRFIM pourront immédiatement connaître l’identité, le statut, la position et la route des navires se situant dans la zone de navigation.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

Programme E€oFISH : 28 millions d’euros pour la gestion durable des pêches

Le 33e Conseil des ministres de la Commission de l’océan Indien (COI) s’est déroulée les 12 et 13 septembre dernier à Balaclava (île Maurice). Vishnu Lutchmeenaraidoo,  ministre mauricien des Affaires étrangères et président du Conseil, a présenté le bilan de sa présidence et passé le flambeau à Vincent Meriton, vice-président de la République des Seychelles, chargé des Affai...