Hot

Océan Indien

Quelles conséquences de la fusion entre Holcim et Lafarge ?

7 mai 2014 | PAR La rédaction | N°285
- Ipreunion.com

C’est le mariage de l’année ! Au coude à coude dans le leadership mondial du ciment, le Suisse Holcim et le Français Lafarge ont décidé de s’unir et vont donner naissance à un groupe qui pèsera très lourd. L’AFP parle de 32 milliards d’euros de chiffre d’affaires alors que la lettre confidentielle Wansquare (http://www.wansquare.com) cite le chiffre de 27 milliards d’euros, ce qui semble plus conforme à la réalité car l’AFP ne prend pas en compte les cessions d’actifs imposées par les règles de la concurrence. L’Ebitda (résultat opérationnel) du futur groupe serait de 6,5 milliards d’euros et la fusion permettrait « un gain annuel de 1,4 milliard d’euros dans trois ans, dont un tiers dès la première année », selon ses dirigeants qui évoquent d’importantes synergies tout en excluant toute fermeture d’usine. Et pour mieux rassurer, Lafarge a précisé que le pôle de recherche & développement du nouveau groupe serait basé en France, à Lyon, même si son siège se situera en Suisse.
L’objectif principal de cette fusion est d’être encore plus fort en matière de recherche & développement pour mieux faire face au doublement des besoins mondiaux en ciments et bétons d’ici à 2025. Le rapprochement est facilité par le fait que les deux cimentiers ont des implantations géographiques complémentaires avec une forte présence de Lafarge en Afrique et d’Holcim en Amérique latine. Mais il existe néanmoins de nombreux marchés où les deux cimentiers se trouvent en concurrence frontale. C’est le cas dans l’océan Indien, à Madagascar, à La Réunion et à Maurice où il existe des économies d’échelle à réaliser. Mais rien de significatif ne devrait se passer dans l’immédiat. La fusion mondiale des deux mastodontes sera longue et complexe. Sur de petits marchés comme ceux des îles de l’océan Indien se pose aussi la question de la concurrence car, de fait, le nouveau groupe se retrouvera en situation de monopole même s’il maintient ses deux entités dans un premier temps. Comment permettre à de nouveaux acteurs de faire jouer le jeu d’une réelle compétition ? Tout dépendra des cessions d’actifs qui seront demandées par l’Autorité de la concurrence qui doit donner son aval au projet de fusion.

 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Océan Indien

Quelles conséquences de la fusion entre Holcim et Lafarge ?

*/ C’est le mariage de l’année ! Au coude à coude dans le leadership mondial du ciment, le Suisse Holcim et le Français Lafarge ont décidé de s’unir et vont donner naissance à un groupe qui pèsera très lourd. L’AFP parle de 32 milliards d’euros de chiffre d’affaires alors que la lettre confidentielle Wansquare (http://www.wansquare.com) cite le chiffre de 27 milliards d...