Hot

Comores

Ras-le-bol des fonctionnaires impayés depuis trois mois

2 oct 2014 | PAR AFP
Les fonctionnaires comoriens protestaient contre les salaires impayés depuis trois mois et les pressions politiques subies dans l'administration. - Stocklib©Adrian Hillman
Environ 500 fonctionnaires comoriens ont organisé une « marche pacifique de mécontentement », le 30 septembre, à Moroni pour protester contre les salaires impayés depuis trois mois et les pressions politiques subies dans l'administration.
La grève nationale de 48 heures organisée par la Confédération des travailleurs comoriens (CTC) est restée en revanche relativement peu suivie.
« Zéro mobilisation à Mohéli, trop d'intimidations », a expliqué un habitant joint sur l'île natale du président Ikililou Dhoinine. Idem à Anjouan où un fonctionnaire a indiqué que ses collègues étaient trop découragés pour faire grève.
Les 13 000 agents de l’État - ils seraient en réalité plus nombreux selon la CTC en raison des recrutements de complaisance - en sont à leur « troisième mois sans salaire (...) sans compter les dix-huit mois impayés entre 1995 et 2000 (31 mois sur Anjouan) », s'est indigné le secrétaire général de la CTC, Salim Soulaimana.
« Alors qu'au sommet de l'État, on dépense dans des voyages sans compter, ce cumul d'arriérés est incompréhensible, inexplicable et inexpliqué », a-t-il dit, fustigeant « l’insouciance des gouvernants pendant que la population souffre, souffre, encore et encore ». Le salaire minimum aux Comores est d'environ 70 euros.
M. Soulaimana a aussi dénoncé le « favoritisme » des avancements, « les recrutements à la tête du client », l'existence de « deux grilles salariales » appliquées par la même Fonction publique, ainsi que les « menaces et intimidations incessantes à l'endroit de certains agents de l’État qui n'appartiendraient pas au même parti ou clan politique que certains dirigeants ».
Des élections législatives sont prévues le 28 décembre et le 1er février 2015 aux Comores, ancienne colonie française dont la vie politique a été parsemée de 20 coups ou tentatives de coups d’État depuis l'indépendance en 1975.
Relativement paisible depuis 2009, l'archipel n'est pas à l'abri d'une nouvelle crise, la politisation de pans entiers de l'administration, à la coordination par ailleurs très défaillante, faisant notamment partie des facteurs d'instabilité.
La masse salariale des fonctionnaires absorbe plus de 60% du budget de l'Union, selon le rapport 2014 de plusieurs institutions internationales (OCDE, PNUD et Banque africaine de développement).

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Comores

Ras-le-bol des fonctionnaires impayés depuis trois mois

La grève nationale de 48 heures organisée par la Confédération des travailleurs comoriens (CTC) est restée en revanche relativement peu suivie. « Zéro mobilisation à Mohéli, trop d'intimidations », a expliqué un habitant joint sur l'île natale du président Ikililou Dhoinine. Idem à Anjouan où un fonctionnaire a indiqué que ses collègues étaient trop découragés pour faire grè...