Leader

Maurice

Reena Seetohul : La plus alsacienne des Mauriciennes

1 mar 2019 | PAR Jacques Rombi | N°337
« Les réseaux sont essentiels dans les affaires » Jacques Rombi
Reena est Française de naissance et de cœur mais Mauricienne de sang et de culture. Cette passionnée d’informatique ne se voit pas enfermée dans un bureau derrière un écran. Elle a d’abord vendu ses prestations en France et dans toute l’Afrique avant de s’établir sur la terre de ses ancêtres.

Pour elle l’informatique est d’abord une histoire de relations humaines : « Après des études en informatique avec option développement d’applications, j’ai commencé à travailler comme développeur de programmes chez XPCOM puis chez Canon France pour implémenter des données commerciales sur Oracle. Une belle expérience pendant cinq ans qui m’a permis de me familiariser avec le monde commercial. » Reena Seetohul est alors à la recherche d’expériences de terrain qui vont lui être proposées par l’entreprise de formation LearnPerfect basée à l’île Maurice : « LearnPerfect est une référence en matière de visioformation par classe virtuelle. Elle couvre plusieurs domaines de compétences avec des solutions et méthodes de formation innovantes. » Elle « rentre » donc au pays de ses parents en 2009 et intervient un peu partout dans le monde, notamment en Afrique pour développer des formations informatiques pour le groupe CFAO (Compagnie française d’Afrique occidentale). « Ce poste m’a permis de voyager pendant plus de six ans et de découvrir à la fois mon pays d’origine et ce fascinant continent africain. » Mais en 2015, elle décide de faire un arrêt dans son activité professionnelle pour s’occuper de ses deux enfants en bas âge. Un break qui n’aura duré que deux ans.

Chiffre d’affaires multiplié par trois

« J’ai finalement rejoint Astek Mauritius, une entreprise internationale de développement d’applications mobiles et de création de sites Internet (4 000 collaborateurs dont 120 à Maurice et 30 à Madagascar, NDLR) pour développer le business dans tout l’océan Indien. » 
Les prestations d’Astek englobent la recherche de ressources humaines à la demande des entreprises TIC. « Au début, j’ai pris les annuaires professionnels pour essayer d’élargir le portefeuille clients en sollicitant les plus grosses boîtes. Et ça a marché, j’ai engagé rapidement de bonnes relations humaines avec les dirigeants, surtout ici où les réseaux sont essentiels dans les affaires. En effet, loin de réserver ses prestations aux grands groupes, Astek a des offres adaptées aux petites structures en proposant du BtoC. » 
Moins de deux ans après son entrée chez Astek Mauritius, le chiffre d’affaires a été multiplié par trois. La recette ? Elle tient en trois points qu’elle a développés en répondant à la problématique suivante : comment poursuivre une croissance rentable sur la région, dans un marché en perpétuelle évolution technologique et une concurrence de plus en plus féroce ? « Pour répondre à cette question, il fallait à la fois augmenter notre notoriété sur Maurice et l’océan Indien, créer une image forte d’Astek Mauritius - les bâtisseurs du futur - et enfin créer une réelle communauté d’Astékiens. » 

Avenir Santé Afrique
Infatigable, Reena Seetohul développe en parallèle une activité née de son mémoire de Master intitulé : « Quels avantages les nouvelles technologies peuvent-elles apporter dans la prise en charge du patient africain ? » Une application qui a un nom : V2RS, inspiré par ses initiales et celles de son associé français : « Je me suis associée avec Vincent Rodriguez afin de développer à Maurice un système de fidélisation et de traçabilité pour les patients. Cet outil sera un acteur majeur dans un projet qui me tient à cœur : Avenir Santé Afrique. » Ce dernier est en développement au Niger et vient d’obtenir une levée de fonds de deux millions d’euros.  À suivre.
Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Reena Seetohul : La plus alsacienne des Mauriciennes

Pour elle l’informatique est d’abord une histoire de relations humaines : « Après des études en informatique avec option développement d’applications, j’ai commencé à travailler comme développeur de programmes chez XPCOM puis chez Canon France pour implémenter des données commerciales sur Oracle. Une belle expérience pendant cinq ans qui m’a permis de me familiariser avec le m...