ID

Madagascar/France

RESTITUTION DES ÎLES ÉPARSES : La montagne va-t-elle accoucher d’une souris ?

1 juil 2019 | PAR La rédaction | N°341
Face à la presse, le 29 mai, les deux présidents ont évoqué l’épineux dossier des quatre îles Éparses que revendique Madagascar. ©Présidence de la République de Madagascar

En visite officielle en France du 28 mai au 3 juin 2019, Andry Rajoelina a remis sur le tapis un sujet sensible, celui des îles Éparses (Europa, Bassas da India, Juan de Nova et Glorieuses) que Madagascar revendique comme siennes. Si aucun de ses prédécesseurs n’a jamais clairement fait le forcing sur ces îles du canal du Mozambique, le nouveau président malgache en a fait, lui, la demande solennelle auprès de son homologue français. En réponse, Emmanuel Macron a promis de « trouver une solution » au contentieux d’ici 2020. Une commission mixte entre les deux pays devrait d’ailleurs voir le jour pour fixer le cadre des négociations.
Une question taraude l’opinion publique malgache (plus que française) : Emmanuel Macron restituera-t-il les îles Éparses à Madagascar ? Pour les Malgaches, il en va de la souveraineté du pays car, géographiquement parlant, ces terres devraient appartenir à la Grande Île. Mais du côté français, on invoque l’Histoire. Madagascar n’a jamais exercé de souveraineté sur ces îles. La France en a pris possession au XVIIIe et XIXe siècles, avant de les placer sous l’autorité de la colonie française de Madagascar, puis de les récupérer au moment de l’indépendance. De plus, pour nombre de politiques français, céder ces îlots serait synonyme de « l’éparpillement de la souveraineté française dans l’océan Indien ». 
Du côté malgache, on reconnaît que la restitution est inimaginable car la Grande Île n’a pas les moyens de sécuriser ces îles riches en biodiversité et sans doute en hydrocarbures. « Il y a besoin de travailler en commun pour que cette zone soit sécurisée, compte tenu du peu de moyens que nous avons, nous, Malgaches », souligne Naina Andriatsitohaina, ministre des Affaires étrangères. Il serait plutôt question de cogestion. Mais il faut quand même savoir que l’accord de cogestion, signé avec Maurice en juin 2010, pour l’île Eparse de Tromelin, la seule qui n’est pas située dans le canal du Mozambique, n’a toujours pas été ratifié par le Parlement français.

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Madagascar/France

RESTITUTION DES ÎLES ÉPARSES : La montagne va-t-elle accoucher d’une souris ?

En visite officielle en France du 28 mai au 3 juin 2019, Andry Rajoelina a remis sur le tapis un sujet sensible, celui des îles Éparses (Europa, Bassas da India, Juan de Nova et Glorieuses) que Madagascar revendique comme siennes. Si aucun de ses prédécesseurs n’a jamais clairement fait le forcing sur ces îles du canal du Mozambique, le nouveau président malgache en a fait, lui, la demande...