ID

Monde

Revoir notre stratégie énergétique

3 oct 2015 | PAR La rédaction
À quelques semaines, de la fameuse COP21, Conférence sur le Climat qui aura lieu à Paris, il y a urgence à se poser les vraies questions, car les conséquences des décisions prises affecteront profondément les générations à venir. - DR

Le monde de l’énergie connaît actuellement une série de chocs. Réchauffement climatique, transition énergétique, questionnements autour du nucléaire et de révolution des gaz de schistes, mais également baisse brutale du prix du pétrole et surtout sa fin annoncée : il ne resterait l'équivalent « que » de quarante années de réserves à exploiter au rythme actuel de consommation selon les compagnies pétrolières elles-mêmes et l'Agence internationale de l'énergie, autant de bouleversements dont les enjeux réels ne sont souvent qu’effleurés dans le débat public. 
Et à quelques semaines, de la fameuse COP21, Conférence sur le Climat qui aura lieu à Paris, il y a urgence à se poser les vraies questions, car les conséquences des décisions prises affecteront profondément les générations à venir. C’est le défi qu’ont relevé les experts rassemblés dans ce livre, parmi les plus incontestés : tirer collectivement la sonnette d’alarme pour éclairer nos choix énergétiques.
Les auteurs ne partagent pas tous le même point de vue, mais une conviction les unit : celle de la gravité de la situation, celle de son urgence, et celle de la possibilité d’agir encore efficacement pour trouver un équilibre énergétique durable.

« L’énergie en état de choc », ouvrage collectif dirigé par Jean-Marie Chevalier et Olivier Pastré – Eyrolles (septembre 2015) - 280 pages, 13,90 euros.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Monde

Revoir notre stratégie énergétique

Le monde de l’énergie connaît actuellement une série de chocs. Réchauffement climatique, transition énergétique, questionnements autour du nucléaire et de révolution des gaz de schistes, mais également baisse brutale du prix du pétrole et surtout sa fin annoncée : il ne resterait l'équivalent « que » de quarante années de réserves à exploiter au rythme actuel de consommation sel...