Leader

Maurice

Richard Robinson : Un Franco-Africain à la tête de la Chambre de commerce sud-africaine

1 juil 2019 | PAR Jacques Rombi | N°341
« J’ai fait le choix de Maurice pour ses opportunités dans le Global Business et pour son ouverture au monde. » ©Droits réservés
Ce Sud-Africain, né au Kenya voici 54 ans d’une maman française et d’un père tanzanien, est établi à l’île Maurice depuis une quinzaine d’années. En marge de ses activités dans la finance et l’assurance, il a ouvert en 2013 la South African Chamber of Commerce in Mauritius (SACC) qu’il préside depuis.

Ce spécialiste du monde de la finance a commencé sa spécialisation par une licence de commerce à l’université Rhodes (Afrique du Sud), option finance. Il ouvre sa première entreprise spécialisée dans les assurances et les produits financiers sous l’enseigne Appleton en 1992 à Durban. Elle sera rachetée par l’entreprise sud-africaine de gestion de patrimoine PSG en 2003. Il fait alors le choix de s’envoler vers l’île Maurice en famille (il a deux fils aujourd’hui âgés de 29 et 26 ans). 
Un changement de vie qui suit des ambitions professionnelles même si, ces dernières années, les problèmes politiques n’y sont pas étrangers : « Aujourd’hui, en Afrique du Sud, toutes les familles sont touchées de près ou de loin par la criminalité. Même si ça reste un pays merveilleux, la situation devient inquiétante et ma famille est plus en sécurité ici. »
Pourtant, si la première raison de la migration des Sud-Africains vers Maurice est aujourd’hui l’insécurité, ce n’était pas encore le cas en 2003 : « J’ai fait le choix de cette île pour ses opportunités dans le Global Business et pour son ouverture au monde. D’ailleurs, aujourd’hui mon entreprise Asset House, qui intervient dans la gestion de fortune, n’a plus que 6 % de clients originaires d’Afrique du Sud. Les autres sont établis en Asie et en Europe principalement grâce au grand réseautage que nous pouvons faire à partir d’ici. »
En ce qui concerne le commerce extérieur, l’Afrique du Sud représente un partenaire important à Maurice à la fois comme acheteur et fournisseur. En 2017, le pays se positionnait comme le quatrième client de Maurice avec 8,9 % des exportations, et son troisième fournisseur avec 8,5 % des importations. Un traité de non double imposition a été signé entre les deux pays en 1996 et reconduit en 2015.
Richard Robinson a ouvert une autre entreprise sous l’enseigne International Assurance qui cible, elle, une majorité de clients sud-africains (assurances vie et placements). Ce passionné de golf, vélo, natation et kayak est aussi un humaniste au service de ses concitoyens, raison pour laquelle il héberge la South African Chamber of Commerce in Mauritius dans ses locaux de Grand-Baie : « Nous avons fait le choix d’une structure légère qui n’a pas de loyer à payer et avec seulement deux employés à mi-temps. Cette bonne gestion des cotisations de nos membres permet d’organiser une dizaine d’événements de networking par an. » À la fin mai 2019, la chambre comptait 68 membres individuels, et 392 membres corporate (représentant 139 compagnies).
Comme les autres chambres de commerce qui fonctionnent sous forme associative, le mandat principal de la SACC est la représentation et le développement des relations commerciales entre Maurice et l’Afrique du Sud. Les voyageurs d’affaires sud-africains ont toujours été nettement plus élevés que tout autre pays et cette tendance se renforce encore (voir le graphique). D’ailleurs, tous les membres de la chambre bénéficient d’un tarif préférentiel avec South African Airways (une trentaine de vols hebdomadaires est assurée par South African Airways et Air Mauritius). 

Arrivals for Business Purposes

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Maurice

Richard Robinson : Un Franco-Africain à la tête de la Chambre de commerce sud-africaine

Ce spécialiste du monde de la finance a commencé sa spécialisation par une licence de commerce à l’université Rhodes (Afrique du Sud), option finance. Il ouvre sa première entreprise spécialisée dans les assurances et les produits financiers sous l’enseigne Appleton en 1992 à Durban. Elle sera rachetée par l’entreprise sud-africaine de gestion de patrimoine PSG en 2003. Il fait alo...