Le billet

Réunion/Maurice

SE SOUVENIR DE MAHÉ DE LA BOURDONNAIS

28 aoû 2017 | PAR Alain Foulon

Le gouverneur de l’île de France (Maurice) et de Bourbon (La Réunion) avait une vision complémentaire des deux îles. Le commerce maritime pour l’île de France, l’agriculture pour Bourbon. Mais avec le temps, les deux îles se sont éloignées, la première devenant anglaise, puis accédant à l’indépendance en 1968, et la seconde restant française et optant pour un statut de département d’Outre-mer. Certaines rivalités se sont exprimées, mais ce n’est pas le plus grave. En un siècle et demi, les deux îles se sont tellement éloignées qu’elles en sont arrivées à s’ignorer. Du côté de Maurice, la coopération avec la France, toujours très active, se faisait avec Paris comme si la distance de 10 000 kilomètres était finalement plus courte. Les choses ont changé avec la coopération décentralisée, mais il reste beaucoup à faire. Ce n’est plus du luxe dans le contexte actuel de mondialisation où l’océan Indien (re)devient une zone stratégique avec, par exemple, la Chine et ses nouvelles routes de la soie. Les deux îles ne peuvent pas tout faire et devraient se concerter pour retrouver cette complémentarité chère à Mahé de La Bourdonnais et profiter chacune des atouts de l’autre. Pas toujours facile quand on connaît le nombrilisme insulaire. Mais on peut toujours penser que nécessité fera loi.
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion/Maurice

SE SOUVENIR DE MAHÉ DE LA BOURDONNAIS

Le gouverneur de l’île de France (Maurice) et de Bourbon (La Réunion) avait une vision complémentaire des deux îles. Le commerce maritime pour l’île de France, l’agriculture pour Bourbon. Mais avec le temps, les deux îles se sont éloignées, la première devenant anglaise, puis accédant à l’indépendance en 1968, et la seconde restant française et optant pour un statut de départ...