Happy Few

Réunion

Série 4 Gran Coupé : la plus belle des BMW ?

25 oct 2014 | PAR Gilles Michel | N°290
Très élégante du fait de sa ligne basse (- 4 cm par rapport à la Série 3), la Série 4 Gran Coupé présente le profil typique des coupés sans que les portes arrière ne viennent briser son harmonie.
Vous rêvez d’un coupé, mais votre vie de famille vous pousse à la raison ? Ce modèle est peut-être fait pour vous ! En ajoutant deux portes et un hayon à la Série 4 Coupé, elle gagne en aspect pratique sans perdre sa ligne. Quitte à faire de l’ombre à la Série 3…

On le sait, les chiffres pairs chez BMW désignent désormais les coupés. Mais depuis quelque temps, l’idée qu’on s’en fait n’est plus tout à fait la bonne. En effet, un coupé peut désormais avoir des portes à l’arrière. Audi a réussi ce tour de force avec les A7 et A5 Sportback ; voici que BMW réplique avec une concurrente directe. Et force est de constater que le pari, sur le plan esthétique, est réussi. Très élégante du fait de sa ligne basse (- 4 cm par rapport à la Série 3), la Série 4 Gran Coupé présente le profil typique des coupés sans que les portes arrière ne viennent briser son harmonie. Les vitres latérales n’ont d’ailleurs pas d’encadrement, ce qui ajoute à l’aspect sportif du véhicule. Ses intentions sont confirmées par la face avant, acérée, héritée du coupé 3 portes. Enfin, la poupe, avec ses feux en « L », termine de donner du caractère à l’ensemble.
Un coupé sportif, mais qui ne délaisse pas les aspect pratiques. Le hayon (à ouverture et fermeture électriques) donne accès à un grand coffre (480 l) qui, s’il perd 35 l par rapport à la berline, gagne en fonctionnalité et en aisance de chargement. L’accès aux places arrière est bien évidemment simplifié et celles-ci sont plutôt accueillantes, même pour les grands gabarits. Seul le passager du milieu se sentira lésé, à cause de l’imposant tunnel de transmission et de la banquette creusée sur les côtés, âme sportive oblige !

L’audacieuse combinaison rouge-noir de notre version d’essai ne sera peut-être pas du goût de tous, mais elle a le mérite d’apporter une touche d’originalité à l’intérieur somme toute classique.

L’audacieuse combinaison rouge-noir de notre version d’essai ne sera peut-être pas du goût de tous, mais elle a le mérite d’apporter une touche d’originalité à l’intérieur somme toute classique.

À l’avant, pas de surprise : le tableau de bord est intégralement repris du Coupé, qui l’avait lui-même emprunté à la Série 3. On aurait aimé plus d’exclusivité, mais l’ensemble reste élégant et la finition ne souffre d'aucune critique. L’audacieuse combinaison rouge-noir de notre version d’essai ne sera peut-être pas du goût de tous, mais elle a le mérite d’apporter une touche d’originalité à l’intérieur somme toute classique. L’amplitude de réglage des sièges permet une position de conduite « au ras du bitume », dans le pur esprit d’un coupé sportif. Il est temps de prendre la route !

UN MOTEUR QUI RÉPOND PRÉSENT À TOUS LES RÉGIMES ET NE S’ESSOUFFLE PAS

Sous le capot de notre version 420d, le 4 cylindres diesel de 184 cv désormais bien connu. Pour le côté glamour, on repassera, ce bloc n’ayant à l’évidence pas l’aura ni les vocalises des 6 cylindres essence de la marque. Représentant l’entrée de gamme diesel à La Réunion (la 418d de 143 cv n’étant disponible que sur commande), cette version sera à coup sûr la plus vendue sur ce marché. Accouplée ici à la transmission automatique à 8 rapports (en option), ce moteur répond présent à tous les régimes et ne s’essouffle pas. Les accélérations sont linéaires à défaut d’être sportives et les rapports s’enchaînent sans à-coup en mode « confort ». En mode « sport », activé par une commande près du sélecteur de boîte, les reprises sont plus franches et les changements de vitesse sont ponctués par un petit coup de gaz satisfaisant. Un moteur qui fait de la Série 4 Gran Coupé une voyageuse au long cours, à l’aise quelle que soit la configuration de la route. Avec une consommation moyenne annoncée à 4,7 l/100 km, cette 420d confirme l’excellence de BMW dans le domaine des économies d’énergie. Un résultat en partie dû au système Stop/Start de série qui, comme d’habitude chez BMW, gagnerait à se faire plus discret au redémarrage. Sur la route, la  Série 4 Gran Coupé colle au bitume et fait vite oublier ses dimensions imposantes par une agilité remarquable. On pourra seulement reprocher à notre version M-Technic et son châssis sport quelques trépidations sur routes dégradées, venant perturber le confort par ailleurs excellent.
À La Réunion, La Série 4 Gran Coupé est disponible en deux finitions, Luxe et M-Technic, sans différence de tarif. Celui-ci débute à 64 900 euros pour la 420d, soit 8 900 euros de plus qu’une Série 3 à motorisation équivalente. Mais quand on aime…
 
 

Réagissez à cet article en postant un commentaire

 

Réunion

Série 4 Gran Coupé : la plus belle des BMW ?

On le sait, les chiffres pairs chez BMW désignent désormais les coupés. Mais depuis quelque temps, l’idée qu’on s’en fait n’est plus tout à fait la bonne. En effet, un coupé peut désormais avoir des portes à l’arrière. Audi a réussi ce tour de force avec les A7 et A5 Sportback ; voici que BMW réplique avec une concurrente directe. Et force est de constater que le pari, sur le...